Lyon : The Whisky Lodge

Direction Lyon et The Whisky Lodge, une affaire familiale qui est une institution locale. Contrairement à ce que son nom pourrait indiquer, The Whisky Lodge fait figure de pionnier dans la distribution d’embouteillages indépendants de rhum. En effet, ça fait plus de trente ans que les Tissandier ont noué des liens de commerce et d’amitié avec le légendaire John Barrett des Classic Rums de Bristol dont ils sont aujourd’hui les distributeurs exclusifs. Pierre Tissandier a répondu à nos questions…

The Whisky LodgeRumporter : Combien avez-vous de références de rhum en magasin ?

Pierre Tissandier : The Whisky Lodge propose 1 600 références à la vente, dont 1 300 whiskies. Le rhum est aussi très bien représenté avec 250 références sur les 3 traditions : française, hispanique et britannique.

R : Quelles sont les références les plus vendues ?

P.T. : Les Bristol Classic Rum, dont nous sommes importateurs exclusifs depuis 30 ans, représentent la majorité des ventes, car nous nous adressons à des amateurs de whisky avant tout. Les traditions hispaniques ou françaises ne sont cependant pas en reste, avec notamment une large gamme de rhums JM.

R : Votre Top 3 des rhums blancs / vieux / ambré  ?

P.T. : Pour le rhum blanc : Mauritius White Cane Juice ou J.M. Sur des rhums ambrés : El Dorado et Mount Gay. Pour les rhums vieux, principalement de chez Bristol : Port Morant 25 ans, Caroni 97 et Rockley Still 26 ans. Ce dernier restant sans conteste le plus grand rhum que nous ayons vendu ces 10 dernières années.

R : La GMS propose de plus en plus de références, qu’est-ce que cela vous inspire ?

P.T. : La catégorie rhum recrute de plus en plus par la grande distribution, essentiellement grâce à des produits très sucrés et peu structurés. Les consommateurs y entrent par ce type de rhums, mais en sortent rapidement, dès que leur palais s’éduque.

R : Comment voyez-vous l’évolution du marché ?

P.T. : Beaucoup de rhums sans intérêt déferlent sur le marché, à grands renforts de marketing. C’est une tendance de court terme, qui ne tiendra pas face à un public qui se forge un palais. A condition de l’accompagner dans cette démarche par un discours pédagogique et honnête, ce que nous faisons depuis de longues années. Il n’y a qu’un critère pour juger un alcool : est-ce bien fait, est-ce bon ? Comme dans le whisky, beaucoup de distilleries, d’embouteilleurs de rhum font de la résistance et voient plus loin que les effets de mode, en privilégiant le sérieux, l’âge et la qualité. Une fois la vague passée, ce sont eux qui remporteront la partie.

R : Quels rhums buvez-vous ?

P.T. : Sous influence britannique, j’enfreins les codes académiques de la dégustation, dont je suis pourtant l’ardent défenseur, avec des Vale Royal très secs accompagnés de tonic, ou du Mauritius White Cane mélangé à de l’eau glacée. En ce moment mon intérêt se porte sur le Cuban Rum 2003 passé en fût d’Oloroso que Bristol vient de mettre sur le marché : riche, frais, explosif, le type d’équilibre et de structure complexe que nous cherchons dans le rhum.


The Whisky Lodge

7 rue Ferrandière 69002 Lyon

04 78 42 48 22

www.whiskylodge.com

LinkedIn Facebook Instagram

Pas encore de commentaires

Comments are closed

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.
X
preloader