Le retour en fanfare d’Appleton dans le club très fermé des marques de rhum haut de gamme

par | 7 Déc 2020

Une identité visuelle renouvelée, deux nouvelles références et surtout 3 éditions limitées concoctées par Joyce Spence et Luca Gargano, signent ce renouveau du rhum jamaïquain.

Appleton

Bonne nouvelle pour tous les rhums afficionados, Appleton est de retour ! La marque basée dans la vallée de Nassau en Jamaïque depuis (au moins) 265 ans, vient d’annoncer rien moins qu’une refonte complète de son identité visuelle et de sa gamme de rhums.

Une identité visuelle haut de gamme

Attardons-nous un instant sur l’identité visuelle. La bouteille iconique, évasée à la base, puis légèrement resserrée en son milieu et de nouveau élargie avant le goulot, a été repensée. Elle est désormais plus élancée, plus moderne. Elle bénéficie d’une gravure indiquant la date à laquelle le premier rhum aurait été distillé à la distillerie (1749), ainsi que d’un bouchon en bois et en liège de qualité. Le design des étiquettes ainsi que les informations qui y sont détaillées ont-elles aussi évolué.

D’abord, et cela ravira les consommateurs européens, il est désormais certifié que l’âge inscrit sur la bouteille est celui du rhum le plus jeune utilisé dans l’assemblage. La contre-étiquette rappelle aussi que de l’eau jamaïcaine filtrée au calcaire a été utilisée pour produire les rhums de la gamme, et qu’aucun arôme n’y a été ajouté. Enfin petit détail qui a son importance, chaque bouteille comporte la signature de celle qui lui a donné la vie, l’emblématique ‘master distiller’ Joy Spence, aux commandes de la confection des rhums Appleton depuis 1997 !

Ne vous y trompez pas, cette modernisation de l’identité visuelle ne relève pas uniquement du marketing, car aujourd’hui dans un monde des spiritueux premiums de plus en plus compétitif, il faut aussi que le packaging, le contenant, soit au niveau du contenu. Or selon IWSR, les rhums Premium-plus ont augmenté de 8,2% entre 2013 et 2018, les super-premiums étant à l’origine de l’augmentation avec une croissance de près de 22%, et vu la qualité de ses rhums il n’y avait aucune raison qu’Appleton ne soit pas invité à la table des grands.

Appleton

Un 8 ans d’âge repensé et un 15 ans bientôt lancé

Appleton, qui a été racheté en 2012 par le groupe Campari (tout comme Trois Rivières et Maison La Mauny à la Martinique), ne pouvait, et ne voulait d’ailleurs pas, se contenter de travailler sur le design de ses flacons. C’est pourquoi la gamme a été repensée, et que de nouvelles références vont venir l’enrichir. L’ancien Réserve Blend devient le 8 Year Old Reserve.

Les différences ? Moins de rhums différents dans l’assemblage, un minimum de vieillissement de 8 années et un degré d’alcool titrant à 43% (vs 40%) qui donnent un nectar plus riche avec des arômes plus intenses et plus boisés. Avec ses arômes de fruits épicés et de chêne, suivis de notes de miel, de vanille et de sa note caractéristique d’écorce d’orange, cet iconique 8 Year Old Reserve a été repensé pour devenir le navire amiral de la marque, le rhum qui définit le mieux son style.

De quoi se payer le meilleur de la Jamaïque pour 33,50€ seulement ! Et un nouveau rhum, le 15 Year Black River Casks viendra compléter la gamme de façon permanente. Ce rhum riche et corsé, qui révèle des arômes d’amande grillée, de noisette délicate et d’écorce d’orange intense, dévoile aussi une touche de vanille et de subtiles notes de mélasse et de café torréfié, sera donc disponible à l’année chez les bons cavistes à partir du deuxième semestre 2021.

Quand Joyce Spence et Luca Gargano s’allient

Mais ce n’est pas tout, car l’heure est résolument aux éditions limitées, afin de rassasier (pour un temps du moins), le féroce appétit des geeks du rhum et des collectionneurs. Appleton lance en effet 3 rhums millésimés,1994, 1995, 1999, donc distillés respectivement il y a 26, 25 et 21 ans, entièrement en alambic pot still, alors que d’habitude des rhums distillés en colonne viennent compléter l’assemblage.

appleton

Une première ! Mais surtout, ces ‘single mark rums’ sont une création de Joyce Spence bien sûr… mais aussi de Luca Gargano, la légende italienne du rhum (maison Velier c’est lui). Les deux comparses ayant eu tout le loisir de sélectionner leurs fûts préférés parmi les presque 200 000 qui prennent de l’âge dans les entrepôts de vieillissement d’Appleton.

Et si cela vous fait saliver ne tardez pas trop, ils ne sont produits qu’à 3000 exemplaires chacun, dont seulement 300 disponibles en France pour 250€.

Vous l’avez compris, Appleton compte bien faire un retour en fanfare parmi les meilleurs rhums de la planète et renouer ainsi avec une tradition bien ancrée, puisque les spiritueux de mélasse jamaïcains étaient considérés comme les meilleurs rhums du monde aux 18e et 19e siècle.

Appleton

 

Share This
X
Secured By miniOrange preloader