L’édito d’Alexandre Vingtier : Craft, terroir et lifestyle

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Tels sont les trois grandes tendances de l’industrie du rhum que nous avons illustrées dans ce numéro.

L'édito d'Alexandre Vingtier : Craft, terroir et lifestyle

L’explosion du mouvement des craft distilleries ou distilleries artisanales aux Etats-Unis a montré la voie depuis une quinzaine d’années et bientôt pas un pays sur la planète n’aura sa distillerie de rhum. Il est presque devenu impossible de deviner leurs prochaines localisations et surtout recettes car leurs propriétaires ne cessent d’inventer des rhums originaux, jouant sur les matières premières et leurs origines, les fermentations, les appareils et techniques de distillation et bien sûr les fûts.

Cette fois-ci, nous avons mis l’accent sur l’Afrique du Sud, grande puissance sucrière en Afrique, qui valorise enfin ses mélasses et son jus de canne et qui compte une douzaine de distilleries apparues ces dernières années et le mouvement ne va pas s’en arrêter là.

Si le terroir a longtemps été l’apanage du vin, ce concept reliant le matériel végétal à sa terre, son climat et les hommes, s’introduit de plus en plus dans le débat autour des spiritueux. Un débat qui se nourrit d’un questionnement sur l’origine, la traçabilité, l’originalité, le savoir-faire, les arômes et les textures… en un mot une nouvelle vision de la qualité pour des consommateurs de plus en plus avisés, éduqués, passionnés et connectés, prêts à remettre en question les concepts classiques définissant la catégorie.

La notion de terroir des rhums est d’autant plus saillante en matière de rhums agricoles ou de pur jus de canne frais, Martinique et Guadeloupe en tête, et il faudra bientôt y inclure la Grenade avec la future distillerie Renegade dont nous avons rencontré le fondateur Mark Reynier, que nous connaissons de longue date à travers ses activités dans le whisky : à contre-courant de l’industrie du whisky, il a mené ce débat sur l’orge, les productions fermières, l’agriculture biologique et désormais biodynamique et compte bien appliquer cette vision au rhum. Enfin, last but not least, le rhum, tant associé à un univers festif, migre peu à peu dans un mode plus lifestyle, où le goût du rhum et la qualité des recettes de cocktail prennent de plus en plus d’importance.

Et lorsque le géant Bacardí entre dans la danse, on se dit que le rhum est sur la bonne voie. Si l’on associe ces trois concepts, craft, terroir et lifestyle, on se rend compte à quel point une culture pour ne pas dire une conscience du rhum émerge et ce n’est pas pour nous déplaire !


Rumporter Magazine - Édition novembre 2018

Rumporter

Édition septembre 2018

Voir le sommaire

Disponible à l’unité

Découvrir les offres d’abonnement

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Pas encore de commentaires

Comments are closed

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.
X
preloader