Depaz : une plantation au firmament

Comment optimiser les rendements des champs de canne sans compromis sur la qualité et l’expression du terroir ? Emmanuel Brugidou, responsable de l’exploitation agricole des Plantations Depaz sur la commune de Basse-Pointe, nous en dit un peu plus sur cette méthode de boutures pré-germées (BPG), son rendement mais aussi ses bienfaits sur l’environnement. 

Depaz plantation

Alexandre Vingtier : Avec ce nouveau procédé de plantation, est-on certain que cela n’a aucun impact sur la qualité du produit ?

Emmanuel Brugidou : À ce jour, après plusieurs années d’essais, aucune baisse de qualité n’a été constaté sur nos cannes. Au contraire, certains planteurs avec qui nous travaillons pensent même que la qualité serait meilleure lors des premières récoltes.

Depaz plantation

AV : En quoi cette technique est-elle si révolutionnaire ? Pourquoi n’a-t-elle pas été implantée plus tôt? Qui a réadapté cette technique ? Où, à la Réunion ?

EM : Cette technique a d’abord été repérée au Brésil puis nous l’avons adapté en Martinique avec mon épouse Flavia, qui est ingénieure agronome.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Share This
preloader