Rhum & Développement durable – Rivière du Mât, à la pointe de la technologie verte à La Réunion

Rivière du Mât est certainement la distillerie réunionnaise la plus confidentielle aux yeux des amateurs métropolitains de rhum. C’est pourtant un géant qui gagnerait à être connu autant pour la qualité de ses rhums, dont Christian Vergier reste le maître de chai, que pour ses investissements environnementaux.

Rhum & Développement durable - Rivière du Mât

Afin de mesurer la place qu’occupe la distillerie Rivière du Mât dans le paysage sucrier et « rhumier » réunionnais, il suffit que savoir que celle-ci a la capacité de consommer jusqu’à 70% des 70 000 tonnes de mélasses produites chaque année sur l’Île.

Jusqu’en 2018, la Réunion exportait annuellement entre 15 000 et 20 000 tonnes de mélasse non transformée en rhum, dont la production s’élève à 110 000 hl pour un potentiel de distillation de 145 000 hl par an. Rivière du Mât, en partenariat avec le sucrier Téréos et le producteur d’énergie Albioma, a choisi d’utiliser ce potentiel pour faire de la production énergétique un pilier fondamental de son activité, sans compromettre sa vocation première à savoir, faire du rhum.

Le flegme, pour le coup, pas britannique

Rivière du Mât produit annuellement entre 50 000 et 60 000 hectolitres de rhum (ndlr : plus de 50% de la production locale). En 2018, elle s’est lancée, en plus des rhums traditionnels et des rhums légers, dans la production que ce qu’on appelle le flegme. Il s’agit d’un éthanol titrant à 94-96°, ayant vocation à alimenter une turbine à combustion (TAC) pour la production d’électricité en heures de pointe. Dans les années 2000, Rivière de Mât en produisait déjà pour l’exportation, pour être redistillé en alcool surfin, mais de manière irrégulière en fonction des stocks de mélasse disponibles. Cela ne reflétait une stratégie globale ni de la distillerie, ni de la filière canne. Quand la production de cet alcool brut reprend, cela s’inscrit dans un projet général d’évolution – pas de transformation – de la filière, dont l’objectif est de faire de la canne à sucre, et de ses sous-produits, une source d’énergie. 

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

Rumporter Magazine Septembre 2019

RUMPORTER

Édition Novembre 2019

Voir le sommaire

Acheter à l’unité

Découvrir les offres d’abonnement

 

Pas encore de commentaires

Comments are closed

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.
X
preloader