Martha Miller, première femme PDG du « National Rums of Jamaica »

Martha Miller a été nommée directrice générale de NRJ (National Rums of Jamaica), c’est la première femme à accéder à ce poste. Rencontre. 

Martha Miller
Martha Miller, première femme PDG de NRJ

Rumporter : Tout d’abord, félicitations pour votre nomination, vous êtes la première femme à ce poste, c’est une source de fierté ?

MM : Bien sûr, je suis très fière d’avoir été élue et choisie pour être la directrice générale de NRJ, une institution aussi vénérable. Il est fascinant de penser que le groupe englobe la Clarendon Distillery, qui existe depuis le milieu des années 1700 et la prestigieuse Long Pond Distillery qui fabrique également du rhum depuis 1753.

Je me sens honorée d’avoir le privilège de diriger un groupe aussi dynamique, et c’est également merveilleux pour moi en tant que Jamaïcaine et en tant que femme. Je suis très fière de cette réalisation. Encore plus fier que ce soit la première fois qu’une femme est à la tête d’une distillerie en Jamaïque. Je prends cela avec beaucoup d’humilité bien sûr, mais aussi avec une certaine fierté.

Rumporter : Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre parcours professionnel ?

MM : J’ai rejoint la société en tant que directeur financier et secrétaire général le 18 novembre 2013 et j’ai été promu directeur général adjoint en mars 2020. Avant d’être employé par National Rums, ma carrière dans la finance s’est étendue sur plus de 20 ans, ayant occupé des postes de direction comme responsable régional de la technologie chez LIME, vice-président, planification et analyse financières chez Cable & Wireless Jamaica Limited, et directeur général des finances du groupe de sociétés ICD/Mechala Group.


Lire aussi : Focus Distillerie – Long Pond, les secrets du phénix de la Jamaïque


Martha Miller

Rumporter : Quelles sont vos « futures missions / grands défis » au sein du National Rums of Jamaica ? Quels seront les axes de développement ?

MM : Eh bien, nous avons développé plus de terres à canne à Clarendon et à Long Pond ces derniers temps, en embauchant plus de personnes sur place. Nous sommes un acteur clé dans la communauté et c’est important pour nous.

Je dois dire que nous avons des partenaires incroyables avec le gouvernement jamaïcain, Demerara Distillers Limited au Guyana et avec West Indies Rum et Maison Ferrand à la Barbade. Nous partageons la même vision et il y a beaucoup de choses que nous voulons accomplir ensemble. Nous sommes très désireux d’être un acteur clé de l’économie jamaïcaine, c’est important pour nous.

Tout ce que nous faisons est lié à la qualité du rhum, à la fabrication du magnifique rhum jamaïcain, au style sud à Clarendon et au style nord à Long Pond, en étant toujours capables de le faire en engageant et en soutenant les communautés locales dans lesquelles nous opérons et leurs environs. La durabilité de nos opérations et la construction de nos communautés sont de la plus haute importance et nous continuerons à construire année après année jusqu’à ce que cette mission soit accomplie.


Lire aussi – Alexandre Gabriel : « la réouverture de l’ancestrale Long Pond Distillery, un grand moment d’émotion »


Rumporter : Les rhums de Jamaïque sont très appréciés en France, des distilleries comme Hampden ou plus récemment Long Pond font la promotion de leurs propres marques. Est-ce le début d’une nouvelle ère pour les rhums jamaïcains ?

MM : Je pense que les rhums jamaïcains ont toujours été appréciés en Europe. Et c’est la raison pour laquelle les rhums jamaïcains, depuis leur création, ont été vieillis ici en Jamaïque mais aussi envoyés en Europe, où ils ont été doublement vieillis là-bas. Cela fait partie de la très longue histoire du rhum.

C’est une vieille tradition que les Distilleries Clarendon et Long Pond perpétuent. Cela fait partie de notre héritage en tant que pays mais aussi en tant qu’entreprise et nous tenons à continuer à le faire avec nos clients et nos partenaires, dont certains travaillent avec nous depuis des décennies.

Vous savez également que nous avons développé la marque Monymusk Plantation que nous vendons à la fois localement et internationalement, et que nous nous préparons à lancer un rhum de 15 ans d’âge de très haute qualité sous le nom et le sceau de Long Pond. C’est également important car nous pensons que les deux fonctionnent parfaitement ensemble et que les deux marques font partie de notre éthique.

Clarendon jamaique
Clarendon Pot still

Rumporter : Quels sont les principaux marchés d’exportation pour les rhums jamaïcains ? 

MM : En tant que Jamaïcain, je suis fier de dire que les rhums jamaïcains sont appréciés dans le monde entier et c’est quelque chose dont nous sommes très fiers. Le rhum fait partie de notre culture. En tant qu’entreprise et distillerie, nous exportons vers un certain nombre de pays. Bien sûr, les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Union européenne sont nos principaux points d’exportation, mais aussi la Jamaïque, bien sûr !

Rumporter :  Plus généralement, comment voyez-vous l’évolution du marché du rhum ?

MM : Le rhum jamaïcain est un rhum de haute qualité – le rhum jamaïcain est un rhum de première qualité, nous sommes donc très heureux de voir que les gens recherchent un rhum de meilleure qualité chaque jour, c’est quelque chose de merveilleux pour nous, qui nous parle. La Jamaïque est fière de produire du rhum de haute qualité depuis des siècles ; c’est donc une grande chose et très encourageant pour nous de voir que les marchés s’intéressent davantage au rhum de qualité.

Bien sûr, à mesure que les rhums vieillissent et sont fabriqués dans des pot stills grâce à notre artisanat unique, ils coûtent plus cher et je pense qu’à mesure que les gens iront acheter un rhum de meilleure qualité, vous verrez que certains de ces rhums coûtent nécessairement un peu plus cher.

Abonnement Rumporter

 

 

Share This