St. Nicholas Abbey, jeune et séculaire à la fois

Forte de la plus ancienne réputation en matière de rhums de qualité, la Barbade, dans les West Indies, a vu naître en 2006 cette nouvelle distillerie qui a visé d’emblée le très haut de gamme. D’autant qu’elle s’appuie sur un vaste domaine vieux de plus de 350 ans !

St. Nicholas AbbeyDans cette petite île des Caraïbes d’à peine 430 km2, la culture de la canne à sucre a commencé très tôt, vers 1637, soit douze ans à peine après l’arrivée du premier navigateur britannique, le capitaine Powell. Grâce à une terre particulièrement fertile et au climat tropical chaud et humide, la canne prospère rapidement, et la Barbade va devenir pendant plusieurs siècles l’un des principaux producteurs sucriers des Caraïbes. L’une des plus importantes plantations, d’une superficie d’environ 150 ha, naît au milieu du XVIIème siècle par l’union de deux propriétaires terriens, Benjamin Berringer et John Yeamans. Le premier va notamment construire en 1658 une importante résidence en pierre pour sa famille, qui est toujours au cœur de la propriété actuelle. Mais l’entente entre les deux hommes n’est guère durable, et John Yeamans est même suspecté (sans preuves avérées) d’avoir éliminé par empoisonnement Berringer… d’autant qu’il épouse la femme de son rival peu de temps après son décès !

La particularité des propriétaires successifs du domaine est de n’avoir guère eu d’intérêt pour le rhum, et l’ont exploité essentiellement pour le sucre, revendant simplement les mélasses aux distillateurs, une spécificité locale. Quant au nom de la plantation, St. Nicholas Abbey, il n’a rien à voir avec un quelconque monastère de la Barbade. Nicholas était le nom du mari d’une petite-fille de Benjamin Berringer, qui en devint propriétaire à la fin du XVIIème siècle. Ce furent Charles Cave et son épouse Sarah, nouveaux propriétaires de la plantation à partir de 1834, qui lui donnèrent son nom actuel, associant le nom de la paroisse St. Nicholas en Angleterre dont la famille était originaire, avec celui de l’abbaye de Bath, où le couple s’était marié. CQFD.

St. Nicholas Abbey

Enfin le rhum vînt !

Ce n’est qu’en 2006 que St. Nicholas Abbey va devenir synonyme de rhum, lorsque la propriété est acquise par l’architecte Larry Warren et sa famille. Tout en la rénovant fortement, il y crée une distillerie, la quatrième de la Barbade avec les très réputées Mount Gay, Foursquare et WIRD, qui produit notamment le rhum entrant dans la composition du Malibu. Cherchant à élaborer des rhums haut de gamme, Larry Warren utilise les méthodes les plus traditionnelles qui soient, comparables à celles utilisées pour le rhum agricole. La canne est cultivée en bio sur 91 ha, et seul le jus issu du premier broyage est utilisé pour la fermentation, le plus vite possible après la récolte manuelle. Mais plutôt que d’utiliser du vesou frais, il privilégie le vesou cuit. La distillation est effectuée dans un alambic à repasse (comme c’est souvent le cas à la Barbade) de petite dimension, et le vieillissement est réalisé dans des fûts de bourbon. L’embouteillage est effectué à la main.

Pour la conception de sa distillerie, Larry Warren a bénéficié des conseils d’un grand spécialiste, Richard Seale, qui dirige par ailleurs la distillerie Foursquare. C’est de là également que proviennent les rhums vieux actuellement commercialisés, grâce à l’achat de plus de 300 fûts d’âges variables. Ils ont été embouteillés quasiment à leur degré naturel, après une période de finition dans les chais de St Nicholas Abbey. Il s’agit d’un 10 ans, d’un 12 ans et d’un 15 d’âge (vieilli cinq années sur place, plus âgé de trois ans que la cuvée la plus ancienne de son producteur originel), qui n’ont pas fait l’objet d’assemblage, et sont donc des single casks, vendus essentiellement aux Etats-Unis et dans quelques pays européens dont la Grande-Bretagne… mais pas encore en France.

 

La gamme compte aujourd’hui 4 références:

Notes de dégustations fournies par le producteur

St. Nicholas Abbey5 ans d’âge

Apparence: clair, pâle et doré
Nez: vanille, café moka et noisette aux notes fruitées
Goût: café moka, vanille, herbe séchée et poivre blanc
Finition: vanille, réglisse et poivre blanc.

12 ans d’âge

Apparence: clair, ambre doré
Nez: épicé, à la cannelle, vanille, chocolat au lait et une bouffée de tabac
Goût: Corsé moyen avec des fruits secs, orange amère et cinq épices
Finition: Notes de pomme émergent dans le tabac épicé avec une finition soyeuse

18 ans d’âge

Apparence: Ambre doré clair.
Nez: épicé, à la cannelle, aiguilles de pin fraîches, vanille et une forte bouffée de tabac.
Goût: Corsé moyen avec des raisins de Corinthe séchés, des pêches, du zeste d’orange, des épices et de la cannelle.
Finition: Notes de noix de muscade, épices à la cannelle et un mélange beurré de fruits et de sucre brun avec une longue finition lisse et soyeuse.

Blanc

Apparence: Crystal Clear dans les climats chauds.
Nez: guimauves! Piquant avec de l’herbe aromatique fraîche, des fruits à la banane et de la glace à la vanille.
Goût: Douceur légère. Raisins secs, vanille et noisettes avec de l’herbe fraîchement coupée et des fruits tropicaux légers et banane trop mûre.
Finition: Raisin, réglisse et banane trop mûre.

 

www.stnicholasabbey.com

Pas encore de commentaires

Comments are closed

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.
X
preloader