Rhum et Piraterie : la construction d’un imaginaire (3/3)

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

LIRE LE DEUXIÈME ÉPISODE : RHUM ET PIRATERIE, LA CONSTRUCTION D’UN IMAGINAIRE (2/3)


Walt Disney : de l’Île au Trésor à Pirates des Caraïbes

Durant les 50 premières années du cinéma, sont tournés le Pirate noir, le Capitaine Blood, le Capitaine Kidd et quelques adaptations de l’Île au Trésor. Les studios Disney s’attaquent en 1950 au mythe de Stevenson…et reprennent évidemment les codes proposés par le grand auteur écossais.

Rhum et Pirates

Mais la littérature de Pirate de la première moitié du XXème siècle n’a pas disparu face au cinéma. Nous citerons deux ouvrages importants : L’Île au rhum. D’après le manuscrit de Richard Beckford relatant ses aventures en l’île de la Jamaïque de 1737 à 1738, de Simon Vestdijk, publié en 1940, et L’Île des Perroquets de Robert Margerit, publié en 1942.
Le premier roman considère le rhum comme un élément déclencheur. Le jeune Beckford retourne sur les traces de son enfance en Jamaïque, officiellement pour enquêter sur les raisons de la baisse des exportations de rhum à destination de Londres.

Ce voyage sera pour lui l’occasion de se replonger dans sa jeunesse et d’enquêter sur ses origines. Le héros s’énivre allégrement durant ses aventures, et il n’est pas le seul. On croise par ailleurs dans ce roman Anne Bonney dont l’histoire avait été racontée par Defoe en 1724… 

La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Pas encore de commentaires

Comments are closed

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.
X
preloader