Homo Saccharum : Juan Piñera, Maestro de Ron de Bacardí

A l’heure où Bacardí fait évoluer sa gamme et son identité, autrefois très ancrées dans l’univers de la fiesta, vers un lifestyle caribéen plus contemporain, insistant davantage sur son savoir-faire et son histoire pour rester la marque leader dans le monde, nous avons souhaité rencontrer le Maestro de Ron Juan Piñera pour qu’il nous en dise plus sur cette évolution récente de la gamme, de la marque et du groupe. Et comme vous pouvez le constater, si le rhum entre dans une nouvelle ère plus dynamique et interactive avec les demandes des consommateurs de plus en plus exigeants, le géant portoricain s’adapte et imprime un nouveau tempo à tous les niveaux, aussi bien dans la diversité des profils de rhum que dans son discours.

Bacardí

Rumporter : Tout d’abord, comment va Porto Rico après l’ouragan Maria ? Bacardí s’est beaucoup impliqué dans l’aide, pouvez-vous nous en dire plus ?

Juan Piñera : La reprise de Porto Rico a été lente mais régulière. Un an après l’événement, presque tout revient à la situation antérieure aux deux ouragans qui ont frappé l’année dernière. Malgré ces temps difficiles, Bacardí a affiché ses valeurs familiales en liaison avec le gouvernement, les organisations à but non lucratif, d’autres industries et les communautés afin d’aider Porto Rico et ses habitants à se remettre sur pied. Plus précisément, quelques jours à peine après l’ouragan Maria, Bacardí a ouvert deux centres regroupant des agences gouvernementales et d’autres organisations, une oasis appelée «Stop and Go», dans deux parties stratégiques de l’île pour pouvoir atteindre les populations en fournissant des repas, des services d’approvisionnements et de divertissement à ces communautés.

Bacardí a également compris l’importance d’atteindre d’autres villes et a donc lancé des convois sur le thème «Bacardí Contigo» (Bacardí avec vous), offrant les mêmes services dans les centres des villes locales. Ce sont les actions immédiates prises par Bacardí mais pas les dernières. Sur notre site, les habitants de Porto Rico ont célébré un concert de collecte de fonds sur le thème «Porto Rico se Levanta» (le Porto Rico se lève ou se relève) en collectant des millions de dollars au service du pays. L’aide ne s’est pas arrêtée ici.

Il y a quelques semaines à peine, Bacardí a annoncé un partenariat avec Mercy Corps, une organisation à but non lucratif axée sur le redressement et la reconstruction des économies touchées par les catastrophes, faisant un don d’un million de dollars US et fournissant un financement supplémentaire non seulement à Porto Rico, mais également à nos voisines les Îles Vierges. L’engagement de Bacardí auprès de la communauté et de tous ses “Primos” du monde entier se poursuit avec notre programme de fonds de secours aux sinistrés.

R : Bacardí est un rhum né à Cuba, ensuite installé avec des sites de production à Porto Rico, en Espagne, au Mexique et même aux Bahamas… Le rhum est produit avec des mélasses d’une douzaine de pays différents au moins. Quelle est l’identité du rhum Bacardí ? Rhum mondial ? Portoricain ? Cubain ?

BacardíJ.P : L’héritage des rhums Bacardí vient de Cuba. Des procédures d’élaboration et des recettes ont été élaborées à Cuba depuis 1862 et la levure Bacardí a été maintenue et adoptée au fil des ans depuis nos opérations à Cuba. Bacardí est une figure de proue dans le prestige de ce que l’on appelle les rhums caribéens. C’est en fait pour répondre à la demande croissante que Bacardí a commencé à fabriquer du rhum à Porto Rico et au Mexique dans les années 1930, alors que la société était toujours à Cuba.

Porto Rico est une belle île des Caraïbes et un endroit merveilleux pour faire du rhum. Chaque étape de l’élaboration des rhums Bacardí génèrent une empreinte et une tradition. Cela signifie que lors de la fermentation, de la distillation, de la filtration au charbon, du vieillissement, de l’assemblage et de la filtration finale de nos rhums, on obtient un profil tout à fait unique, à savoir Bacardí.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

 


Rumporter Magazine - Édition novembre 2018

Rumporter

Édition novembre 2018

Voir le sommaire

Acheter le magazine

Découvrir les offres d’abonnement

 

Pas encore de commentaires

Comments are closed

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.
X
preloader