Distillerie Tartane – Rhum Hardy : rencontre avec Jean-Pascal et Gaëlle Hardy

Il est en Martinique, sur la presqu’île de Tartane, une distillerie qui fait son grand retour. Elle n’avait pas disparu, non, mais s’était enfermée dans une certaine confidentialité. Aujourd’hui, s’appuyant sur son histoire, reprenant sa place dans l’univers martiniquais du rhum, retravaillant sa qualité et son image, le Rhum Hardy, juché sur son Galion, repart à la conquête du public. Rencontre avec Jean Pascal et Gaëlle Hardy. 

Matthieu Lange : Bonjour, merci de nous accorder une interview. Pourriez-vous présenter vos parcours respectifs ?

Jean Pascal Hardy : contrôleur de gestion, puis directeur financier, et depuis 1997, consultant et chef d’entreprise.
Gaëlle Hardy : responsable qualité et production de la Distillerie du Simon pendant 7 ans, responsable qualité et recherche et développement chez Clément pendant 6 ans.

ML : Depuis 2018, vous avez repris la marque du Rhum Hardy. A qui appartenait la marque auparavant ? Quel a été le rôle de Jean-Claude Hardy, qui jusqu’alors incarnait la marque pour tous les amateurs qui se rendaient à Tartane ?

H : Suite au décès de mon grand-père en 1990, la marque Rhum Hardy a été transmise de fait, à ses sept enfants. Depuis cette date, la marque a été gérée par une société familiale dirigée par un des héritiers, Maurice Hardy. La boutique de Tartane attenante à la Distillerie a été créée par le plus jeune des héritiers Jean-Claude Hardy suite à l’arrêt de la distillerie, et perdure jusqu’à ce jour. 

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

 

Pas encore de commentaires

Comments are closed

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.
X
preloader