Safrodiziak : le rhum au safran, une épice millénaire

Le safran, une épice millénaire parfois appelée « or rouge », a traversé les siècles et reste l’une des épices les plus réputées. Ce condiment est très prisé dans le monde entier pour de nombreuses spécialités culinaires. Autrefois le safran était également utilisé comme parfum mais aussi en remède. Rencontre avec Florent Mairot, le créateur de ce « rhum botanique ». 

Safrodiziak

Adrien Bonetto : Pouvez-vous nous raconter l’histoire de Safrodiziak ?

Florent Mairot : L’histoire de  est avant tout l’histoire de ces rencontres qui rythment la vie du voyageur curieux. Après des études en commerce international et une quarantaine de voyages à travers le monde, je commence à faire des préparations de rhums arrangés à la maison.

Depuis plus de 15 ans, j’ai arrêté de prendre des médicaments et utilise les plantes médicinales dans mon quotidien. J’ai découvert il y a 4 ans un safran bio de Grèce aux qualités exceptionnelles, et de suite me vient l’idée d’en faire un élixir. Après de nombreux tests, j’ai sélectionné avec l’aide de professionnel un rhum de mélasse du Guyana de la distillerie Diamond la seule encore en activité dont les cannes à sucre poussant au bord du fleuve Demerara sont réputées mondialement.

Ce rhum est idéal pour ma recette car il est gourmand et laisse la place au safran pour s’exprimer ce qui était plus compliqué avec du rhum agricole.

AB : Pourquoi avoir choisi le rhum épicé et comment élaborez-vous vos références ?

FM : Voyant de plus en plus de marques de rhums arrangés sur le marché, je préfère m’orienter dans la catégorie des rhums épicés et je dirais même plus de rhum botanique avec l’utilisation exclusive d’épices et de plantes. Je décide également de sucrer mes rhums au minimum (entre 18 et 25 g par litre) avec du sirop d’agave qui a un pouvoir sucrant supérieur pour un indice glycémique moindre, ce qui donne des rhums équilibrés, fins et aromatiques. La macération est faite en grande cuve en résine avec un brassage quotidien, puis filtration.
Après la réussite d’un financement participatif sur KisskissBankbank, la première production du Safrodiziak a été réalisée en Décembre 2016 à la distillerie « Les Fils d’Emile Pernot » en Franche-Comté pour environ 600 bouteilles, 500 de la version originale Safran 40%vol. et environ 100 bouteilles de la version pirate à 60%vol. ce qui en fait le premier rhum épicé français à ce haut pourcentage d’alcool.

Safrodiziak

AB : Combien de références proposez-vous ?

FM : J’ai à ce jour 5 références, après avoir reproduit le double soit 1200 bouteilles mi 2017. 3 versions à 40%vol qui ont été primées dès la première année :
Safrodiziak Original 40%vol Médaille de Bronze au concours international du rhum à Madrid juin 2017
Safrodiziak Galanga 40%vol. (sorte de gingembre qui vient du Cambodge) 1er prix Gastronomie TopRum en accord mets/rhums sur la tarte au citron meringuée du Meilleur Ouvrier de France.
Safrodiziak Vanille 40%vol (léger en vanille, 1 gousse pour 3L et 1 semaine de macération) Médaille de Bronze au concours TOPRUM en septembre 2017.
Safrodiziak Pirate 60%vol. La version brute
Safrodiziak Pirate Vanille 60%vol. Avec une gousse de Vanille de Madagascar en macération dans chaque bouteille.

AB : Où peut-on se les procurer et à quel prix ?

FM : Je commercialise mes produits via exclusivement des cavistes indépendants spécialisés, épiceries fines, bars et restaurants. J’ai aujourd’hui 90 points de vente dans toute la France visibles sur mon site.

En tout juste un an d’existence, mes produits ont reçu un bel accueil auprès des professionnels, pour l’instant je m’auto-distribue et recherche toujours de nouveaux partenaires.

Les versions à 40% vol se vendent entre 40 et 45 € TTC et les 60%vol entre 50 et 55€ TTC.

Je fais aussi des dégustations en cave et participe à des petits marchés de producteurs, et je serai également présent à la foire de Paris sur le stand d’un partenaire antillais.

Safrodiziak

AB : Comment consomme-t-on vos produits et selon vous à qui s’adressent-ils ?

FM : Mes rhums se consomment sec à l’apéritif ou en digestif, également frais, en accord avec un dessert et aussi en cocktail, idéal avec un Ginger Ale ou en mojito.
Ils s’adressent à une clientèle en recherche de produits authentiques, peu sucrés, bien équilibrés et aromatiques.

AB : De nouvelles références en préparation ?

FM : J’espère sortir une nouvelle version cette année avec toujours la base safran avec le mariage d’une nouvelle épice. Les tests sont encore en préparation donc chutttt !
Je vais aussi tester le vieillissement du Safrodiziak avec un petit tonneau neuf de 28L d’une tonnellerie artisanale du sud de la France. Pour le coup, ça sera une édition ultra limitée à 40 bouteilles, mais faut bien tester avec de petits moyens !

AB : Que pensez-vous de l’évolution du marché du rhum en général et plus particulièrement du marché des arrangés/spiced ?

FM : Le marché du rhum en général est en plein boom. Cela se voit par la multitude de nouvelles marques présentes sur le marché, notamment de nombreux embouteilleurs indépendants qui propose des produits de qualité en brut de fût, fût unique, assemblages et sans compter le travail des mastodontes pour sortir toujours plus de nouveautés.

Dans la catégories des arrangés / épicés, je vois également de plus en plus de petites marques qui se créent avec un retour au qualitatif avec de jeunes entrepreneurs qui comme moi veulent faire des produits authentiques avec transparence sur le contenu de leur bouteille. C’est aussi ce pourquoi je milite, informer justement le consommateur et contrer les pratiques de gros industriels qui n’hésitent pas, faute de réglementation, à édulcorer leur rhum avec des adjuvants synthétiques tels que la glycérine, la vanilline, le glucose comme on a pu le voir avec de grandes marques étrangères dont Don Papa pour ne pas les citer. Il est indispensable que des règles soit mise en place rapidement concernant les adjonctions de produits chimiques qui trompent les consommateurs.

AB : Quels sont vos projets de développement à moyen terme ?

FM : D’ici la fin de l’année, je vais réaliser une troisième production de Safrodiziak suite au succès de la version Galanga et du Pirate vanille, et en plus avec une nouvelle saveur. J’ai également un rhum vieux en préparation avec la création d’un nouvelle marque, un rhum du Panama 6 ans d’âge et un finish entre 9 et 12 mois en fût de Vieux Rivesaltes d’un ami vigneron en biodynamie exceptionnel. Je travaille aussi sur une version encore plus haut de gamme 100% française du Safrodiziak. A suivre…

 


Safrodiziak

www.safrodisiak.com

 

 

Pas encore de commentaires

Comments are closed

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.
X
preloader