Rencontre avec Catherine Arnold des rhums Toucan

Rumporter : Comment vous est venue l’idée de lancer Toucan ?

Catherine Arnold : Mon mari Christophe a vécu en Guyane adolescent, son père travaillait au centre spatial de Kourou. Nous avons été très tôt imprégnés de la Guyane. Nous voulions absolument travailler en étroite collaboration avec la Guyane et le rhum s’est imposé naturellement.

Catherine Arnold des rhums Toucan

Nous avons créé la marque Toucan autour d’un ti-punch à Kourou! Nous n’avons pas eu le choix au niveau du partenaire puisqu’il n’existe qu’une seule distillerie en Guyane. De plus Christophe connaissait personnellement Monsieur Prévôt le directeur (en l’occurrence la distillerie produit régulièrement des étiquettes spéciales, que ce soit pour le carnaval ou le centre spatial, ndlr).

Rumporter : Comment procédez-vous pour choisir les rhums que vous embouteillez ?

CA : Nous travaillons avec le même pur jus de canne mais nous le travaillons différemment avec des techniques de réduction et de maturation. Mon maître de chai de mari est très pointilleux sur la technique (il est ingénieur de formation).


LIRE AUSSI : FOCUS DISTILLERIE, SAINT-MAURICE LE TRÉSOR AGRICOLE GUYANAIS !


Rumporter : Je me souviens d’un Rhum Fest où la distillerie Saint Maurice avait trusté les récompenses lors des Awards avec une première place pour Toucan en blanc à 50% et une médaille d’argent pour le Belle Cabresse également à 50%. Quelles sont pour vous les marqueurs de la qualité guyanaise ?

CA : Le rhum de Guyane est issu à 100% de cannes coupées à la main, broyées dans les 24 h, fermenté en cuves ouvertes, distillé en colonne en cuivre et réduit lentement. La canne est monovariétale, la canne B51.129 (développée à la Barbade en 1951 comme son nom l’indique, elle a été testée par les usines sucrières Bonne Mère et Darboussier entre autres à la Guadeloupe dès 1964 et reste celle que cultive également la distillerie de Basse-Terre Bologne, leur « canne à rhum », introduite à grande échelle dans les années 1970 en Guyane, bon exemple d’une variété riche en sucre et pauvre en minéraux, donc une « canne à fermenter » selon les chercheurs, mais particulièrement sensible au stress hydrique, pauvre en fibres – et donc en bagasse – et sensible aux insectes foreurs et autres maladies, ndlr), et bénéficie d’un climat équatorial idéal pour la maturation de la canne avec un taux d’humidité et d’ensoleillement unique au monde ! Notre distillerie est la plus proche de l’équateur au niveau international (5° de latitude).

Rumporter : En quoi votre Toucan est-il différent des autres rhums de la distillerie ?

CA : Le toucan est travaillé en Métropole à côté de Toulouse. Notre rhum blanc est maturé et réduit avec de l’eau purifiée (osmosée) et bénéficie d’une réduction lente ce qui en fait le rhum blanc premium de Guyane. Quant au Vaniliane et le Numéro 4, ce sont des inédits Toucan

Rumporter : On vous a vu très actifs sur de nombreux salons, en Belgique, en Espagne, en Allemagne et jusqu’en Pologne. Comment Toucan est-il accueilli sur ces marchés ?

CA : En effet, j’ai participé à beaucoup de salons! Les Toucan ont reçu un merveilleux accueil et j’en suis très heureuse. J’ai trouvé des distributeurs partout en Europe sauf en Espagne.

Rumporter : A quand le Toucan vieux ?

CA : Oui ça y est ! Le vieux Toucan est prêt ! Il n’y aura que 1000 bouteilles cette année. Petite bouteille 50 cl, brut de fût (ex-fût de Bas-Armagnac) embouteillé à 58,9% vol. Année 2015. Avec une nouvelle étiquette et un nouveau canister !


LIRE AUSSI : TOUCAN PREND DE LA BOUTEILLE


Rumporter : Dernière question, la Guyane donne de loin l’image d’un pays écrasé de chaleur et difficile à vivre mais traîne également un parfum d’aventure, comment donner envie à nos lecteurs de s’y rendre ?

CA : La Guyane est un département extraordinaire, fantastique et sauvage ….je ne souhaite pas me battre contre les a priori négatifs : il ne faudrait pas trop de touristes sur nos plages ! Pour voyager en Guyane sans a priori, déguste un Toucan !

 


Rumporter Magazine - Édition Avril 2019

RUMPORTER

Édition avril 2019

Voir le sommaire

Découvrir les offres d’abonnement

 

Pas encore de commentaires

Comments are closed

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.
X
preloader