Rencontre avec Ariel Granera Sacara, directeur de la communication du groupe Pellas.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Cet ancien ambassadeur du Nicaragua, notamment en France, est le directeur de la communication du Groupe Pellas, autant dire qu’on a affaire là à du haut niveau. L’homme s’avère, en plus de posséder une très grande culture générale, en plus d’être très fin et très drôle, ressembler à Dustin Hoffman. Je ne cacherai pas la sympathie qu’il provoque chez son interlocuteur. Même si on peut gloser sur un cas de collusion public-privé, le fait est tenace, il est très sympathique.

Ces précautions prises à décrire le contexte sont importantes pour une lecture subjective du dossier. La rencontre, en français, avec M. Granera Sacara dans les bureaux de la Sugar Estate Company of Nicaragua est brièvement racontée ici. Cette interview a été faite par la suite (en septembre 2017), par email et sur la base des informations glanées entre temps .

Ariel Granera Sacara
Rumporter : Ariel, comment est organisée l’industrie du sucre au Nicaragua ? Comment est organisé votre groupe multi-sectoriel au niveau de la production de sucre ?

AGS : Il existe au Nicaragua le Comité nationale des producteurs de sucre (CNPA), c’est une association de droit privé sans but lucratif qui a pour objectif de promouvoir les entreprises de l’agro industrie du Nicaragua. Les domaines sucriers qui font partie du CNPA sont San Antonio, Monte Rosa, la Compañía Azucarera del Sur et Montelimar.

R: Depuis combien de temps votre compagnie cultive-t-elle la canne ?

AGS : Nous avons trace des premières mises en culture en 1891 mais les archives connues font état des premières récoltes en 1898.

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

 

 

 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Pas encore de commentaires

Comments are closed

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.
X
preloader