Renaissance : un rhum taïwanais qui se déguste comme un grand vin ! 


Avec comme modèle le château Valandraud à Saint-Emilion, Olivier Caen et Linya Chiou ont su créer un rhum de terroir à Taïwan.

Renaissance 

Après avoir vécu une première vie intense dans le monde de l’automobile, Olivier Caen et Linya Chiou décident de s’installer sur l’île de Taïwan en 2006 pour créer une société d’import de vins et de spiritueux.

Passionné par les grands bordeaux qui se patinent avec le temps, Olivier Caen compte parmi ses clients le vigneron visionnaire Jean-Luc Thunevin. Parti de rien, ce touche-à-tout (il fut bucheron, employé de banque ou encore négociant) est parvenu avec sa femme Murielle Andraud (vigneronne émérite) à hisser le Château Valandraud au rang suprême de Premier Grand Cru Classé de Saint-Emilion.

Admiratif du parcours du couple, Olivier veut marcher dans ses pas mais sans se précipiter. « Avant le lancement officiel de Renaissance en 2017, nous avons pris soin de réaliser quatre années de test en préproduction, avec une mélasse et un pur jus de canne indigène », raconte-t-il.

Linya Chiou et Olivier Caen

Car sur l’île de Taïwan, souvent comparée à la forme allongée d’une patate douce, la canne à sucre se cultive depuis des siècles et il est possible d’élaborer les deux types de rhum. En effet, pendant l’occupation nipponne (1895-1945) à défaut de vouloir développer l’économie du rhum, les Japonais ont fait le choix d’exporter la canne à sucre.

Aujourd’hui, il ne reste que trois sucreries dans le sud de l’île et elles sont toutes déficitaires. Ce qui explique aujourd’hui, en partie, le retard pris sur les pays producteurs situés dans les Caraïbes ou aux Amériques. Olivier Caen et Linya Chiou sont à ce jour les seuls producteurs de rhum artisanal sur l’île.

Le haut de gamme sinon rien

Dès l’inauguration de leur distillerie en 2017, le couple a souhaité se positionner sur un segment haut de gamme pour montrer que la canne à sucre et le climat tropical taïwanais pouvaient donner naissance à des rhums d’exception (après l’insolent succès du single malt Kavalan, élu meilleur whisky au monde en 2015 aux World Whiskies Awards, moins de 10 ans après sa création en 2006).

La suite de cet article est réservée aux abonnés.

 

Share This