O Reizinho : le rhum agricole de Madère débarque en France

Le rhum agricole de Madère O Reizinho débarque en France grâce à Olivier Mignon (Spirits Attitude) ​et Nicolas Guého, plus connu sous le doux nom de Nico Rumlover sur les réseaux mais surtout créateur du blog Coeur de chauffe très apprécié par les aficionados de la canne à sucre. Ce dernier nous explique les prémices de l’aventure. 

O Reizinho

Adrien Bonetto : Quand est né le projet « Latitudes » et peux-tu nous présenter les instigateurs ?

Nicolas Guého : L’idée a germé progressivement, au fur et à mesure de mes recherches et de mes découvertes pour le blog Cœur de chauffe. J’ai eu la chance de goûter des rhums exceptionnels, mais qui étaient compliqués à trouver, voire qui n’étaient pas embouteillés du tout.

O ReizinhoOlivier et moi travaillons ensemble déjà depuis longtemps dans le cadre du contenu rédactionnel du site Rhum Attitude. C’est en discutant avec lui que le projet a pris forme, il y a environ un an.

D’un côté ces rhums que je souhaitais faire découvrir, de l’autre son expérience professionnelle en termes de distribution, et bien sûr notre bonne entente et nos discussions fécondes ! C’est donc naturellement que nous avons décidé de réaliser ensemble ce projet.

L’objectif est donc de proposer des sélections de spiritueux exceptionnels, sans s’approprier le travail des producteurs, mais plutôt en mettant en valeur leur savoir-faire. Ainsi, des partenariats sont noués pour importer des produits existants, des inédits, mais aussi élaborer des versions alternatives ou des créations originales.

AB : Peux-tu nous présenter ce rhum blanc O Reizinho ? 

NG : O reizinho 50° est un rhum agricole artisanal de Madère. La canne est pressée aussitôt son arrivée à la distillerie, durant la campagne de récolte qui s’étend de mars à mai. Le pressage se fait sans adjonction d’eau, sauf si la concentration en sucre est supérieure à 18 brix, ce qui serait trop élevé pour démarrer une fermentation.

O Reizinho

Cette dernière est lancée par des levures de boulangerie, sans acides, puis elle s’étend sur 3 à 4 jours en moyenne. La température au sein des cuves semi-ouvertes peut être contrôlée en fonction des conditions climatiques. Il en résulte un vin de canne avoisinant les 12% d’alcool.

La distillation s’effectue sur un alambic traditionnel portugais, un hybride entre pot-still et colonne, semblable à ceux utilisés en armagnac. Le distillat titre en moyenne entre 60 et 70%, puis il repose en cuves inox avant d’être réduit à 40 ou 50%.

AB : Comment as-tu découvert cette distillerie ?

​NG : Le point de départ a encore une fois été mon blog. J’ai écrit plusieurs articles sur les rhums de Madère, car c’était une île qui m’intriguait beaucoup. On savait qu’elle était productrice de rhum agricole, pourtant ses rhums étaient totalement inconnus.

J’ai repéré cette distillerie qui était enregistrée à Madère, mais sur laquelle je ne parvenais pas à trouver d’informations. Je me suis dit que c’était une toute petite structure, et donc cela m’a rendu encore plus curieux.

Grâce à un confrère qui a visité l’île et qui m’a rapporté un échantillon, j’ai enfin pu le goûter et je l’ai trouvé incroyable ! J’ai contacté Joao Pedro Ferreira, qui distille avec son père, et nous avons longuement échangé sur son rhum, puis sur notre projet. Je vais enfin pouvoir le rencontrer en personne très bientôt, pour la deuxième édition du Madeira Rum Fest qui se tiendra au printemps.

O Reizinho

AB : Comment « dénichez-vous » de nouveaux produits ? Et comment pouvez-vous « contrôler » les étapes de production ?

NG : ​Nous allons simplement vers des produits qui nous attirent, qui nous intriguent. Il peut s’agir d’une destination encore plus exotique de d’habitude, d’une tradition particulière, de méthodes de production singulières, etc. Quand j’ai repéré quelque chose d’intéressant, j’essaie de le goûter et d’apprendre un maximum de choses à son sujet. À l’issue de cela, soit ça s’arrête là et je gagne en culture générale, soit j’ai une nouvelle idée d’embouteillage !

En ce qui concerne les étapes de production, c’était assez facile pour notre premier rhum, vu qu’il bénéficie d’une IGP. Cette dernière assure la provenance de la canne, garantit sa coupe manuelle, encadre la fermentation, la distillation, jusqu’à la mise en bouteille.
Le rhum suivant bénéficiera d’ailleurs également d’une IGP, mais cette fois il ne sera pas embouteillé sur place, donc nous faisons appel à des professionnels du secteur pour ce qui est du travail de cave, d’embouteillage etc.

AB : Le côté artisanal est-il un critère de sélection pour vous ?

​NG : C’est en tout cas quelque chose qui va nous attirer, c’est sûr. Mais la notion d’artisanat n’est pas évidente à cerner dans le monde du rhum. En effet, certaines distilleries sont des structures que l’on qualifierait d’importantes, pourtant on peut les considérer comme des artisans à mon sens.

On pourrait penser à Neisson et La Favorite par exemple. Ils sont présents à l’international, en grande distribution etc, mais leurs méthodes et leurs traditions sont celles d’authentiques artisans selon moi.

Donc si l’authenticité et la tradition définissent l’artisanat, je dirais qu’en effet c’est un critère de sélection.

O Reizinho

AB : Où peut-on acheter ce rhum blanc O Reizinho ?

​NG : Il est disponible chez les cavistes spécialisés parisiens (A’rhum, Christian de Montaguère et La maison du rhum), et chez d’autres bonnes adresses de passionnés comme L’adresse gourmande. D’autres cavistes suivront rapidement, notamment en province, et on peut aussi le trouver en ligne sur rhumattitude.com.

AB : De nouvelles sélections sont-elles en cours ?

NG : ​Bien sûr ! Le prochain sera un rhum qui n’a jamais été embouteillé jusqu’ici, et qui pourtant fait partie d’une longue tradition. On garde encore un peu le secret car il n’est pas encore prêt, mais crois moi, ça me brûle la langue. Je suis super heureux et impatient qu’il arrive !


O Reizinho

PVC : 35,90 € TTC

Bouteille de 70cl – 50°

Commandes pour les cavistes : servicelatitudes@gmail.com / 06 64 29 11 27

 

 

 

Pas encore de commentaires

Comments are closed

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.
X
preloader