Lyon Pure Spirits 2019 : Rencontre avec Raphaël Selosse

La Cave Gilles Granger et Rouge Granit investissent pour la deuxième fois les murs de La Commune, food court ultra prisé du 7ème arrondissement. Fort du succès d’une première édition déjà musclée, le salon de la capitale des gaules se déroulera sur deux jours et accueillera près de 150 marques de spiritueux, de quoi faire une belle place au rhum dont la Cave Gilles Granger est un spécialiste revendiqué avec pas loin de 300 références en magasin.

Lyon Pure Spirits 2019

Rumporter : Allons d’abord à l’essentiel, Lyon Pure Spirits 2019, c’est quand et ça se passe où ?

Le Lyon Pure Spirits se déroulera le samedi 28 et le dimanche 29 septembre à La Commune, le food court tendance, dans le 7ème arrondissement de Lyon.

Rumporter : La première édition a été un grand succès et vous annoncez une deuxième édition encore plus musclée avec près de 150 marques présentes. Qu’est ce qui selon vous est le moteur principal de cet engouement pour les spiritueux en France et en particulier à Lyon ?

Lyon Pure Spirits 2019 : Raphael Selosse
Raphaël Selosse, propriétaire de la cave Gilles Granger et co-organisateur du Lyon Pure Spirits.

Si, en France, le whisky est un gros marché à l’échelle mondiale depuis longtemps, le rhum lui a emboité le pas depuis quelques années, le gin se développe également, et l’on redécouvre timidement le Cognac et l’Armagnac. La consommation d’alcool a pris le tournant du « moins mais mieux » depuis plus d’une quinzaine d’années, d’abord sur le vin, puis sur les spiritueux. C’est une tendance lourde et les producteurs de spiritueux se sont très vite adaptés, en développant leur offre de produits prémiums et en mettant des moyens marketing à la hauteur. Par ailleurs, le cocktail revient en force, sous l’impulsion de bêtes de course comme le Mojito, la Caïpirinha, le Spritz ou le Gin Tonic, poussés par les poids lourds du secteur des spiritueux. Cet essor est entretenu par un développement des bars à cocktail, avec une scène lyonnaise très fournie et très dynamique. Cela contribue à l’intérêt du grand public pour les spiritueux utilisés en cocktail. C’est par cette conjonction de facteurs que l’on a assisté, en quelques années, à l’explosion du rhum chez les cavistes.

Rumporter : Quintessence, Club Expert de Dugas, Whisky Live, la rentrée est encombrée et pourtant votre salon est en pleine expansion. Serait-ce, enfin, un pied de nez au parisianisme ?

Pour la Cave Gilles Granger, compte tenu de notre forte orientation sur les spiritueux, rhum et whisky en particulier, nous faisons depuis de nombreuses années le déplacement à Paris pour les salons que vous citez, en plus du Rhum Fest au printemps. Cela représente aussi un budget transport et hébergement non négligeable. Nous nous sommes dit qu’il y avait quelque chose à faire à Lyon, pour le grand public d’une part, et pour les professionnels du secteur d’autre part. La première édition nous a donné raison ! Nous pouvons attirer tout le Sud-Est avec un plateau suffisamment riche pour ne pas s’ennuyer sur 2 jours, ainsi qu’une proximité qui permet de minimiser le coût du déplacement. De Marseille, Grenoble, Chambéry ou Saint-Étienne, on peut être à Lyon bien plus rapidement qu’à Paris.

Rumporter : Pour parler du sujet qui nous intéresse le plus, quelles maisons de rhum ont répondu présent ? Pouvez-vous dans ce contexte nous annoncer quelques exclusivités ou surprises qui attendraient nos lecteurs passionnés dans les travées du salon ?

Cette année encore, beaucoup de maisons de rhum seront présentes, difficile de toute les citer… La Favorite, La Mauny, Trois Rivières, Longueteau, la Maison Ferroni, les Frères de la Côte, les Rhums de Ced’, nous soutiennent depuis le premier jour et seront bien sûrs présents. On peut également citer quelques poids lourds, comme Kraken, El Dorado, Angostura… Quelques nouveautés du côté des rhums arrangés, avec MaloRhum, Tricoche ou les Rhums du Sud.

Pour les exclusivités, il faudra aller voir du côté de Zaka, la Favorite et les Frères de la Côte notamment. Mais nous ne pouvons pas tout dévoiler, il faut laisser la place à la surprise.

Lyon Pure Spirits 2019

Rumporter : On voit fleurir beaucoup de nouvelles destinations rhum, quels exotismes (en matière de rhum) peut-on s’attendre à trouver au Lyon Pure Spirits ? Vous parliez notamment lors d’une précédente interview dans nos colonnes de votre rêve de Polynésie. Si à défaut, vous n’avez pas eu encore l’occasion d’y trainer vos bouteilles de plongée, est ce qu’eux viennent à vous cette année ?

Il y aura effectivement quelques touches exotiques pour cette seconde édition. Que ce soit en terme de provenance, comme le Cap Vert, ou de contenu, comme des rhums arrangés à base de fruits et légumes. On peut également citer les créations de Guillaume Ferroni qui nous étonnent et nous ravissent à chaque fois. Pour les rhums polynésiens, il faudra attendre la prochaine édition.

Rumporter : Compte tenu du choix du lieu, La Commune, on peut s’attendre à de nombreuses expériences de food pairing sur le salon. Avez-vous déjà en matière de rhum de quoi faire saliver d’avance nos lecteurs ?

La Commune concentre différents types de cuisines aux horizons bien divers. Des suggestions adaptées à chaque style seront ainsi proposées aux visiteurs du salon afin qu’ils puissent tester les accords mets et spiritueux de leur choix. En matière de rhum, les jeux d’accord fonctionneront très bien avec la cuisine de plusieurs échoppes de La Commune : les burgers, la cuisine épicée du Venezuela et des Caraïbes, ou encore la cuisine italienne.

Avec un burger à la sauce barbecue, nous conseillerons un rhum épicé d’Amérique du Nord (Bayou, Chic Choc). Pour accompagner des arepas, on optera davantage pour un rhum ambré des Antilles (Whisper, Longueteau) ou encore un rhum vieux en provenance des Caraïbes (Doorly’s, Pusser’s) pour un accord avec des gnocchi al pomodoro.
Pour l’occasion, des tarifs préférentiels (en prévente uniquement) sont proposés par les chefs de La Commune. Les expériences culinaires seront donc bien au rendez-vous du Lyon Pure Spirits.

Lyon Pure Spirits 2019

Rumporter : Au niveau de la mixologie, Lyon est une scène active (lire les articles à ce sujet dans Rumporter…), avec qui travaillez-vous sur le salon …

Pour cette seconde édition, nous avons un double partenariat : Jessica André du Fantôme de l’Opéra, une référence à Lyon, et Amanda Boucher de Rocks and Rye, qui a monté avec Maxime Le Gal cette jeune société de conseil et de prestation cocktail, après une carrière parisienne exemplaire.

Rumporter : Un autre sujet qui nous tient à cœur : En tant que président de l’association des commerçants de quartier comment vous positionnez vous par rapport au problème de désertification des centres-villes ?

Les problématiques sont très différentes entre les grandes métropoles et les villes de taille plus modeste. Cela dit, dans une métropole comme Lyon, l’enjeu est de maintenir l’attractivité commerciale du centre-ville. Pour cela, il faut proposer une offre commerciale diversifiée, qualitative, avec un pôle fort de commerces de bouche, avec des commerces indépendants qui permettent de se distinguer des pôles commerciaux de périphérie regroupant des grandes enseignes que l’on retrouve partout. Et chacun, dans nos commerces, nous devons veiller à ce que le consommateur puisse vivre une expérience qui l’enrichisse. Cela passe par la qualité de la relation, mais aussi par l’accès au produit (dégustation), l’apprentissage et la découverte (soirées dégustation).

Il faut également faire preuve de beaucoup de pédagogie, pour que nos clients comprennent que si l’on veut avoir des commerces en bas de chez soi, il faut consommer en bas de chez soi. À nous, commerçants, de leur donner envie d’y revenir.

 

www.lyonpurespirits.com

 

Pas encore de commentaires

Comments are closed

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.
X
preloader