Liquid Gold : un nouveau salon sur les spiritueux rares ou de prestige

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Un nouveau salon sur les spiritueux verra le jour à Paris le 30 juin prochain. Son nom : Liquid Gold !  Encore un salon allez-vous dire, oui mais pas que…

Liquid Gold

Cet évènement proposera, dans un premier temps, des dégustations de prestige, des flacons rares mais vous pourrez également tenter d’acquérir dans l’après-midi de nombreuses références via une vente aux enchères.

Au « rayon Rhums » quelques bouteilles qui laissent rêveur : des Rhums Clément de 1952 ou 1976, des Bally de 1950, 1960, 1966, 1970, 1982, des Rhums J.M de 1982, 1984; 1985, 1986, 1987, des Rhums Trois-Rivières de 1976, 1979, 1986 et même un Rhum Neisson 1991 ! Vous pouvez dès à présent consulter le catalogue complet sur le site d’Artcurial.

Rencontre avec Philippe Jugé, co-créateur du salon.

Adrien Bonetto : pour ceux qui ne te connaissent pas, peux-tu te présenter brièvement ?

Philippe Jugé : J’ai travaillé 8 ans à La Maison du Whisky, entre 2006 et 2013, dont j’étais en charge de la communication mais aussi de l’édition de Whisky Magazine et de l’organisation du Whisky Live. J’ai écrit Le Whisky Pour Les Nuls, paru en 2014. Avec Franck Poncelet (Barmag, Cocktail de Luxe), nous avons créé Amuse-bouche en 2014 pour organiser des salons de dégustation : Planète Bière (100 exposants et 5000 visiteurs sur deux jours en mars 2018 pour sa 4e édition), France Quintessence (90 exposants, 2 500 visiteurs sur deux jours en septembre 2017 pour sa 3e édition) et le Paris Cocktail festival (50 exposants, 2 000 visiteurs sur une seule journée en novembre 2017 pour sa 6e édition). Liquid Gold sera donc notre 4e salon.

Liquid Gold
Philippe Jugé lors de la conférence de presse Liquid Gold, en partenariat avec Artcurial.

AB : Peux-tu nous parler de « Liquid Gold », quel est le concept ?

PJ : Le concept est assez simple : Proposer à la dégustation quelques-uns de plus beaux flacons disponibles sur le marché, qu’ils soient collectors, éditions limitées, embouteillages rares ou de prestige, dans un cadre unique, à deux pas des Champs-Élysées, en présence des meilleurs spécialistes, ambassadeurs ou collectionneurs.

AB : Comment est née cette idée ?

PJ : L’idée est venue Lorsqu’un collectionneur, Philippe Gosmand, avec qui nous co-organisons le salon est venu nous voir en nous disant deux choses :
1 – Les grands amateurs ou collectionneurs ont déserté les salons historiques de dégustation pour plein de raisons : il y a trop de monde, les conditions de dégustation ne sont pas optimum, les exposants hésitent à ouvrir les jolis flacons, etc…
2 – beaucoup de pays – Ecosse, Angleterre, Allemagne, Hollande, etc – ont un salon dédié aux spiritueux de collection. Pas la France.

De notre côté, nous avions constaté que les marques de renommée internationale sont montées en gamme et proposent de plus en plus souvent, au côté de leur gamme classique, des embouteillages de prestige ou des cuvées d’exception en édition limitée. Mais on ne goute jamais ces spiritueux que l’on voit passé via des CP.
Dans le même temps, un marché de collection s’est structuré autour de revendeurs spécialisés (boutiques ou sites marchands), animé par des ventes aux enchères ou la découverte de vieux flacons oubliés, devenus collectors.

AB : À ton avis, à qui s’adresse cet évènement ?

PJ : Cela s’adresse à toutes les personnes épicuriennes ou aux amateurs de spiritueux rares ou d’exception, à la recherche de nouvelles expériences de dégustation.
L’objectif, c’est de goûter des spiritueux qu’on n’a pas ou peu l’occasion de déguster.

AB : Pour cette première édition, combien de visiteurs attendez-vous ?

PJ : Nous avons volontairement limité le nombres d’exposants à 20 et le nombre de visiteurs à 150 par session de dégustation (il y en a deux, de 11h à 15h et 16h à 20h). On table donc sur 200, 250 visiteurs si on considère que la plupart des billets que nous avons vendu pour le moment sont des billets pour la journée complète.

AB : D’ou proviennent ces flacons prestigieux ?

PJ : Nous avons démarché plusieurs types d’exposants : des marques internationale avec une offre de prestige : The Macallan, Glenfarclas, The Balvenie, les Special releases de Diageo, Glenmorangie, Glendronach, Benriach, Woodford Reserve, Grosperrin, John Dewar’s ou Trois Rivières côté rhum.

Des clubs : la Scotch Malt Whisky Society, le Clan des Grands Malts ou le Rare & Collectors Whisky Club de Philippe Gosmand. Ce sont des structures qui ont souvent accès à des embouteillages exclusifs.

Liquid Gold

Des bars comme le plus grand bar à whisky du monde, The Auld Alliance à Singapour, ou des boutiques comme Finest Whisky de Berlin. Des particuliers, qui ont des jolies bouteilles à faire découvrir. L’un des plus grands collectionneurs français de rhum, Benoit Desprey, viendra d’ailleurs partager quelques Caroni, Bally, Hampden ou autres Enmore à la dégustation.

AB : Comment est né le partenariat avec la maison Artcurial ?

PJ : La maison Artcurial organise régulièrement des ventes aux enchères de spiritueux. Donc, on a immédiatement pensé à la contacter. Nous avons approché Laurie Matheson et Luc Dabadie, les deux experts vins et spiritueux, à la fin d’une vente pour leur exposer le projet.


LIRE AUSSI : RENCONTRE AVEC LUC DABADIE, RESPONSABLE DES VINS & SPIRITUEUX AU SEIN DE LA MAISON ARTCURIAL


Quelques jours après, ils nous ont rappelé pour nous dire que tout le monde était Ok chez Artcurial pour y aller. On a fait deux réunions et tout était bouclé. Ce sont des vrais passionnés et ils sont très pros. Un vrai plaisir de bosser avec ce genre de personnes et de maison.

 


Liquid GoldLiquid Gold

Samedi 30 juin 2018

www.liquid-gold.fr

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Pas encore de commentaires

Comments are closed

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.
X
preloader