La canne et le Rhum de A à Z : rencontre avec Laura Manne

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

« La canne et le Rhum de A à Z » est présenté comme un véritable dictionnaire du rhum, nous souhaitions en savoir un peu plus sur cet ouvrage. Rencontre avec son auteur : Laura Manne.

Laura Manne

Adrien Bonetto : Pouvez-vous vous présenter pour ceux qui ne vous connaissent pas 

Laura Manne : Je m’appelle Laura Manne et suis originaire de la commune de Baie-Mahault, en Guadeloupe. Après des études en droit, j’ai intégré le corps des inspecteurs des finances publiques. Dans le cadre de mes activités extra-professionnelles, je m’intéresse à l’Histoire. Pour la partager, Caraibeditions a publié, en 2015, l’ouvrage « Les Antilles et la Guyane en 365 dates » qui présente, du 1er janvier au 31 décembre un évènement relatif à nos territoires.

AB : Qu’est-ce qui vous a motivé à écrire ce livre ?

LM : C’est Florent Charbonnier, directeur de Caraibeditions, qui a eu l’idée d’un dictionnaire sur le rhum. Compte tenu de l’importance du sujet pour les territoires ultra-marins, j’ai accepté de répondre à la commande.

De plus, le caractère atypique d’un dictionnaire présente beaucoup d’attraits. D’un point de vue conceptuel, il rend le travail très modulable. Pour le lecteur, il est en parfaite adéquation avec la consommation attendue d’un excellent rhum que l’on prend le temps de déguster.

La canne et le Rhum de A à Z

AB : Que trouve-t-on dans cet ouvrage ?

LM : Le dictionnaire permet une escale aux « quatre coins » de l’univers que mène à découvrir un champ de cannes : celui de la terre, celui des techniques, celui des produits, celui des Hommes.

L’histoire du sucre et du rhum est singulièrement abordée et constitue un point d’entrée. Les grandes dates sont indiquées à la fin de l’ouvrage pour que tout le monde ait ses repères.

Ces éléments se complètent par des apports littéraires puisque quasiment tous les auteurs antillo-guyanais (par exemple, Ernest Pépin, Gisèle Pineau et Simone Schwartz-Bart pour la Guadeloupe, Raphaël Confiant et Patrick Chamoiseau pour la Martinique, Dereck Walcott pour Sainte-Lucie, Léon-Gontran Damas pour la Guyane, etc…) ont traité du sujet de la canne et du rhum, certains dans des proportions plus importantes que d’autres. Les citations qui parsèment l’ouvrage sont des témoignages qui sacralisent l’environnement cannier et donnent les lettres de noblesse à une boisson qui était décriée.

AB : Combien de définitions s’y trouvent ?

LM : L’ouvrage compte 115 définitions dont 54 strictement relatives au rhum. A la fin, il y a des focus sur les moments de consommation du rhum, l’usage qu’on peut en faire et une chronologie.

AB : Quel est le mot le plus « atypique » dans votre livre ?

LM : « Zymase ». Il s’agit du ferment qui décompose le sucre en alcool et en acide carbonique. Le premier réflexe des gens est de poser la question de savoir quel mot j’ai bien pu mettre à la lettre Z. C’est en cela qu’il est surprenant. Les gens sont également étonnés que le terme « œnologie » trouve sa place dans le dictionnaire parce qu’ils n’imaginent pas la palette des arômes que le rhum donne à découvrir.

La canne et le Rhum de A à Z

AB : Selon vous, à qui s’adresse votre livre ? Amateur ? Confirmé ? Les deux ?

LM : L’ouvrage s’adresse à tous ceux qui veulent en savoir davantage sur la canne, le sucre et le rhum : les amateurs qui satisferont leur curiosité en souplesse, les consommateurs confirmés qui aborderont, à coup sûr, le sujet sous un angle différent.

Le ton employé joue pour beaucoup. A mon humble avis, le vesou des mots a suffisamment fermenté pour obtenir l’alcool qui permet d’apprécier un bouquin.

La canne et le rhum sont des sujets dont les champs doivent être réinvestis. Il est temps que tous les restaurants aient une carte des rhums, et non deux lignes indiquant « rhum blanc » ou « rhum vieux ». Il est important que les ultramarins prennent pleinement conscience de leur haute valeur patrimoniale et qu’ils propagent leur ferveur au-delà de nos territoires.

Les lecteurs, quels que soient leurs horizons, comprendront la culture ultramarine, et particulièrement antillo-guyanaise.

AB : Un dernier mot pour encourager nos lecteurs à acheter votre ouvrage ?

LM : C’est le petit « vert » à consommer sans modération.

 


La canne et le Rhum de A à Z

La canne et le Rhum de A à ZPar Laura Manne

Date de parution : 04/10/17

Éditeur : Caraibeditions

Prix indicatif : 13€

 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Pas encore de commentaires

Comments are closed

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.
X
preloader