Jason Glaser – “Rest, water and shade,” on vous dit !

Jason Glaser fait partie de ces individus qui par leur seule volonté et leur opiniatreté, changent le monde. Il y a deux ans, Rumporter avec son soutien avait enquêté sur ce que, par facilité, nous avions appelé la maladie des coupeurs de canne. Deux ans et un happy end nicaraguayen plus tard, Jason nous explique en quoi sa mission n’est pas prête de finir. Jason n’est pas à proprement parler un homme du rhum mais il a toute sa place ici. Chapeau l’artiste !

Rumporter : En 2018 nous avons fait paraître un dossier fourni qui s’inspirait largement de votre travail dans la lutte contre une maladie rénale (le CKdu) et qui se focalisait sur le Nicaragua. Dans nos conclusions, nous n’avions pas totalement disculpé ni l’Ingenio San Antonio ni SER, le propriétaire de Flor de Caña, qui ne se sont peut-être pas occupés asez tôt du problème, et ce pendant trop longtemps. Mais, peu avant la publication de ce dossier, vous avez noué un partenariat avec eux et vous vous montriez très optimiste. Pouvez-vous nous raconter ce qu’il s’est passé ces derniers mois ?

Jason Glaser : Depuis nos premières prises de contact, nos relations se sont complètement inversées. Nous avons maintenant affaire aux employés du moulin San Antonio tous les jours, et la Adelante Initiative avance dans la bonne direction. Nous sommes parvenus à un niveau de confiance et de transparence qui, étant donné les rapports compliqués qu’avaient les deux organisations dans le passé, mériterait de faire l’objet d’une étude de cas à présenter dans les cours sur le développement durable et les écoles de commerce.

La détermination que manifestent l’équipe responsable de la santé, la direction du moulin, le sommet de la hiérarchie et le conseil d’administration fait que nos actions bénéficient du soutien et de la participation de toute l’organisation. Nous avons là un modèle de bon leadership. Lorsque Ricardo, le PDG de SER, et moi-même nous sommes enfin rencontrés, nous avons tout de suite su que nous serions des alliés dans le futur. Nous avons immédiatement vu comment nous allions pouvoir, pour régler le problème, exploiter ce que les deux organisations offraient de meilleur. Peu de temps après, cette alliance s’est traduite par des actes. Ricardo a même trouvé un financement indépendant pour maximiser l’impact qu’aurait l’étude que nous allions mener ensemble. Nous entretenons des relations de travail où, lorsque les problèmes surviennent (comme cela arrive dans tout projet d’envergure), nous les résolvons ensemble en quelques minutes via WhatsApp. C’est remarquable.

« A mon avis, toutes les entreprises qui se préoccupent sérieusement de développement durable et de santé au travail devraient faire en sorte que leur PDG s’implique directement dans leur programme phare. Lorsque l’équipe dirigeante est impliquée, cela change tout ».

Si quelqu’un m’avait dit, il y a deux ans, que nous en serions là où nous sommes parvenus dans le cadre de la Adelante Initiative, je me serais poliment retiré et j’aurais appelé la police pour lui dire qu’un fou à lier était en liberté…

Les résultats obtenus ont dépassé tous nos espoirs. En ce qui concerne les relations entre les deux parties, il y a un degré de confiance important et la conviction partagée de pouvoir gérer ensemble tout ce à quoi nous serons confrontés. Nous avons un objectif en vue et cet objectif, c’est un système permettant d’évaluer, d’améliorer et de valider de bonnes pratiques susceptibles de stopper le CKDu. Ce que nous avons observé la première année, c’est qu’une intervention forte en faveur des travailleurs ne suffisait pas et que l’hyperthermie causée par la surcharge de travail semblait être le vrai coupable.
Lorsque tout a commencé pour moi, le CKDu avait besoin d’un point de mire, et c’est au Nicaragua, il y a plusieurs années, que j’ai découvert par hasard, en tant que cinéaste, cette maladie. Aujourd’hui, 12 ans plus tard, Flor de Caña (FdC) et le moulin San Antonio offrent sans aucun doute les rhum et les sucres les plus conformes au développement durable d’Amérique centrale. 

La suite de cet article est réservée aux abonnés.
Pas encore de commentaires

Comments are closed

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.
X
Secured By miniOrange preloader