La Compagnie du Rhum – Philippe de Pompignan : « Nous privilégions la qualité à la quantité ».

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Créée, depuis bientôt 10 ans, par Marika et Philippe de Pompignan, La Compagnie du Rhum est une institution en Martinique comme sur Internet. Philippe nous a accordé une entrevue pour nous raconter cette aventure.

Philippe et Marika de Pompignan - La Compagnie du Rhum
Philippe et Marika de Pompignan

Rumporter : L’histoire a débuté en 2008, pouvez-nous vous raconter comment cela s’est déroulé ?

Philippe de Pompignan : Bien qu’étant Trinidadien, j’ai longtemps et, entre autres, vécu en Guadeloupe avant de m’installer à la Martinique en 2010. En tant qu’amateur éclairé, j’ai commencé à accumuler des bouteilles de mes rhums préférés. Je me souviens d’une pièce dans ma maison avec des cartons de rhum empilés jusqu’au plafond… De mémoire il y avait -entre autres- des Damoiseau 15 ans (Millésime 1986), des Millésimes Père Labat -aujourd’hui introuvables- des rhums JM, Bally… A l’époque les prix des rhums étaient relativement bas et internet explosait : j’achetais et vendais des bouteilles sur Ebay, comme un enfant joue au marchand. Cédric Brément « Les Rhums de Ced » a d’ailleurs fait partie de mes premiers acheteurs, sans trahir aucun secret…

Un matin, j’ai demandé à celle qui allait devenir ma femme, Marika, ce qu’elle pensait de monter un site internet dédié au rhum. Elle venait de quitter Paris pour me rejoindre et s’est prise au jeu immédiatement. Nous ne connaissions rien à internet !

Je travaillais à l’époque dans un grand groupe martiniquais et ne pouvais me consacrer à ce développement. C’est donc elle qui s’est lancée dans cette aventure la première, en entamant un travail de fourmi incroyable jusqu’à ce qu’aboutisse, 7 mois plus tard, la première version du site La Compagnie du Rhum. A cette époque, nous étions les premiers et les seuls sur ce marché, parfaitement inconscients de ce que la suite nous réserverait.

La Compagnie du Rhum - Martinique
© La Compagnie du Rhum

R : Combien de références proposez-vous à la vente ?

PdP : Beaucoup ! Nous avons largement dépassé le millier de références et arrêtons désormais de compter. Notre catalogue est en évolution constante mais son cœur reste dédié au rhum agricole. Nous ne nous inscrivons pas dans une course à la quantité mais à la qualité, en cherchant à répondre le plus précisément possible aux attentes de nos clients. Le marché évolue de manière phénoménale, les goûts de nos clients également, nous y sommes très attentifs.

R : Quelles sont les références les plus vendues ?

PdP : Parmi les références qui remportent le plus de succès, les grands crus de Martinique sont sans surprise en première position (JM, HSE, Depaz…). Les rhums guadeloupéens sont très présents également et la Maison Longueteau -à qui nous vouons une amitié toute particulière- en est un des fleurons. Enfin, les rhums Bielle et plus largement les productions de Marie-Galante se hissent, tout comme celles de Velier, sur ce beau podium.


LIRE AUSSI : LA SÉLECTION DE NOËL DE PHILIPPE DE POMPIGNAN


R : D’où viennent vos clients ?

PdP : Nos clients viennent majoritairement de France métropolitaine et d’Europe, bien que la Martinique, la Guadeloupe et les îles du Nord montent également en puissance.
Les rhums de notre catalogue voyagent très régulièrement et depuis de nombreuses années au Japon ou en Australie par exemple… Il n’y a en fait pratiquement pas un seul pays au monde que nous n’ayons livré ces dernières années. C’est aussi cela la beauté et la magie d’internet !

La Compagnie du Rhum - Martinique
© La Compagnie du Rhum

R : Que pensez-vous de l’évolution du marché du rhum depuis (bientôt) 10 ans ?

PdP : Le marché a évolué de façon spectaculaire ces dernières années, ce phénomène dépasse, à mon sens, largement les espérances de la plupart des professionnels du métier.
Il y a dix ans, seuls les gens ayant voyagé aux Antilles ou ayant côtoyé cette culture s’intéressaient au rhum en tant que spiritueux premium. Aujourd’hui, les plus beaux rhums se hissent au même rang, voire au-dessus de certains Whiskies prestigieux ou Cognacs rares.

Nous sentons très nettement qu’un tournant a été entamé tant en termes de qualité et de notoriété que de perception. Les rhumiers ont fait des efforts phénoménaux pour accompagner cette vague de fond, et le public a été au rendez-vous. L’AOC Martinique y est sans aucun doute pour beaucoup.

R : En 2018, vous fêterez vos 10 ans, que prévoyez-vous pour l’occasion ?

PdP : Nous avons sélectionné avec Marika quelques très belles productions qui seront embouteillées pour La Compagnie du Rhum. Nous avons là encore privilégié la qualité à la quantité.

R : Quels sont vos axes de développement pour le futur, vos projets ?

PdP : Je pourrais répondre à cette question mais je devrais malheureusement vous éliminer ensuite, ce qui est totalement contraire à ma déontologie !

R : Quels rhums buvez-vous ? Quels sont vos préférés ?

PdP : En vieux, ils sont nombreux à obtenir mes faveurs mais j’avoue ma faiblesse pour le rhum HSE Single Cask 2003, Depaz Grande Reserve… J’affectionne également beaucoup les Brut de fût Bielle.

Côté rhum blanc, les rhums de Marie-Galante me séduisent pour des ti punchs magnifiquement parfumés. Je fais également partie des afficionados de « La Perle » que je déguste sec.

De manière plus légère, j’apprécie le « Rum Punch » -long drink des îles anglaises composé de rhum, jus de citron, sirop et bitters- que je prépare avec du Mount Gay Eclipse ou du Fernandes Black Label tel que l’ont toujours fait mes parents. J’ai aussi un faible pour le punch « graines »  de Longueteau mais la liste pourrait encore être très longue… J’aime le Rhum !

La Compagnie du Rhum - A1710 - Martinique
© La Compagnie du Rhum

R : Quels sont vos rapports avec A1710 votre voisin de palier ?

PdP :  Nous occupons avec la marque A1710, le même site exceptionnel qu’est l’Habitation du Simon, une ancienne habitation sucrière -dont l’état de conservation est aussi rare que remarquable- et qui domine les ilets du François.

J’ai suivi le projet A1710 depuis ses prémices, puisqu’ Yves de Pompignan et moi-même sommes parents par nos épouses respectives. L’ouverture d’une nouvelle distillerie à la Martinique était une aventure unique sachant que la dernière création dans l’île remonte a près d’un siècle !

J’ai pu apporter mon « grain de sel » dans l’aboutissement du rêve d’Yves de Pompignan pour lequel nous commercialisons l’ensemble de la gamme dans notre Showroom, à la Martinique, et aussi de façon exclusive, sur notre site web.

Mes connaissances des distilleries martiniquaises me permettent de considérer les distillats de cette marque comme parmi les plus qualitatifs et les plus authentiques de l’île.

Et puis, entre nous, quel passionné de rhum ne rêverait pas d’être leur voisin ?

R : Vous proposez de très vieux millésimes, sont-ils en exclusivités chez vous ?

PdP : Les très vieux millésimes sont par définition exclusifs. Le rhum étant fait pour être bu, je les considère comme des miraculés du temps qui passe. Les collectionneurs sont de plus en plus nombreux et il devient de plus en plus difficile de s’en procurer mais rassurez-vous nous avons nos sources… Celui qui possède un très vieux Millésime le chérit comme un fétiche. Il existe une relation fusionnelle et extrêmement respectueuse avec ces témoins vivants du temps passé. J’ai une véritable fierté à pouvoir proposer ces trésors à nos clients passionnés.

La Compagnie du Rhum - Martinique
© La Compagnie du Rhum

R : Un scoop pour nos lecteurs sur une nouveauté (nouvelle référence) à venir ?

La Compagnie du Rhum est depuis près de 10 ans au service des marques qu’elle représente. Nous ne dévoilerons jamais aucune information liée à une sortie produit imminente ou à une future exclusivité qui trahirait la confiance qui nous unit à toutes ces Maisons. Nous ne sommes pas producteurs mais négociants en rhum et agitateurs de bonheur ! Marika comme moi-même avons à cœur de rester à notre place et de l’occuper le mieux possible.

 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Pas encore de commentaires

Comments are closed

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.
X
preloader