Long Pond, la reconstruction a déjà démarré après l’incendie

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Comme l’a d’abord rapporté le Jamaica Observer, Long Pond, la distillerie de rhum jamaïcaine, a été sévèrement endommagée par un incendie le 16 juillet 2018. Avec un peu de recul, nous avons pu contacter Alexandre Gabriel pour connaitre précisément l’étendu des dégâts et parler, déjà, d’avenir. 

Long Pond Distillery

Long Pond, distillerie historique, rendue célèbre par ses fameux rhum distillés en pot still, jouxte une usine sucrière et des champs de canne à sucre. et c’est précisément dans un champ dans un champ de canne à sucre mitoyen que le feu s’est déclaré. Il s’est ensuite étendu à la bagasse (le résidu fibreux de la canne à sucre qu’on a passée par le moulin) et, finalement, aux bâtiments abritant les réservoirs de rhum et à la zone de fermentation. Heureusement, personne n’a été blessé. On a pu lire dans le rapport de l’Observer : « … l’incendie s’est limité à la zone de la réserve principale. Une réserve stocke de l’alcool et l’autre section stocke principalement des matières premières destinées à la fabrication du rhum. »

La distillerie, une des six distilleries de rhum en activité sur l’île, a une longue histoire derrière elle. Long Pond a repris a repris ses activités il y a un an, après une pause de plusieurs années qui lui a permis de se moderniser. La distillerie appartient à National Rums of Jamaica, une société que se partagent à parts égales trois propriétaires : l’Etat jamaïcain, la société guyanaise Demerara Distillers Limited et la Maison Ferrand, la maison mère de Plantation Rum.

Quelles ont été les dégâts pour la distillerie ? Après l’incident, la Maison Ferrand avait fait savoir ceci dans un communiqué de presse : « La distillerie elle-même et les alambics n’ont pas été affectés. L’incendie a démarré dans les champs de canne situés près de la distillerie Long Pond, vers midi, le 16 juillet. Il s’est rapidement propagé pour toucher une partie de la salle de fermentation et les nouveaux stocks de rhum (environ 65.000 litres ont été détruits). Comme nous ne stockons pas ni ne faisons vieillir le rhum à la distillerie Long Pond, le stock de rhum vieilli n’a pas été affecté. Nous évaluons actuellement l’étendue complète des dégâts. »

Long Pond Distillery incendie
Les Alambics de Long Pond n’ont pas été touché par l’incendie

Après l’incendie, beaucoup de gens se sont immédiatement inquiétés de savoir si le muck pit (la fosse à « bouillie »), un facteur essentiel de l’identité gustative de Long Pond, avait été endommagé. Les gens qui connaissent bien la distillerie savent que le muck pit de Long Pond est près de la zone de fermentation qui a été détruite. Qu’en est-il ?


LIRE AUSSI : ALEXANDRE GABRIEL – LA RÉOUVERTURE DE L’ANCESTRALE LONG POND DISTILLERY, UN GRAND MOMENT D’ÉMOTION


Quelques jours plus tard, lors des Tales of the Cocktail de la Nouvelle-Orléans, Alexandre Gabriel, qui était en ville pour le salon dégustation Xaymaca, nous a fourni quelques informations supplémentaires : « La ‘maison’ des cuves de fermentation, ainsi que les réserves de rhum, ont été détruites. Environ 65.000 litres de rhum achevé et l’équivalent de 15.000 litres de rhum inachevé ont été détruits.

Parmi les pertes, on compte :
– Soixante-douze (72) cuves en bois (de 11365 à 13658 litres chacun).
– Dix (10) réservoirs en cuivre de stockage de rhum faisant 18184 litres.
– Les « muck pits » n’ont pas été affectés.
– Les stocks de vieillissement ne sont pas stockés à Long Pond, mais à Innswood, une distillerie inactive appartenant aussi à National Rums of Jamaica et située plus près de Kingston. »

Alexandre a ensuite présenté les grandes lignes d’un plan devant permettre de reprendre la distillation à Long Pond à petite échelle mais dans un délai très court, un mois maximum, en utilisant les cuves de fermentation de la distillerie Clarendon (qui appartient aussi à National Rums of Jamaica) :  » Parallèlement, on commencera à construire à Long Pond de nouvelles cuves en bois de taille et de forme identiques à celles des cuves originelles. Une fois qu’on aura construit quelques cuves, des lots contenant le liquide résultant de la fermentation à Clarendon seront ensuite transportés à Long Pond pour qu’ait lieu une fermentation secondaire dans les cuves en bois nouvellement construites. Assurément, cela ne conduira pas à une production à plein régime, mais cela occupera les employés et leur redonnera le moral. »

Ce plan est audacieux mais pragmatique mais, étant donné les succès qu’Alexandre Gabriel a connus dans des situations difficiles similaires, ça devrait marcher. Espérons que les trois propriétaires de National Rums of Jamaica s’uniront avec succès pour faire le nécessaire et que Long Pond produira bientôt un rhum nouvellement distillé !

 

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Pas encore de commentaires

Comments are closed

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.
X
preloader