Dégustation de trois HSE très spéciaux

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Martinique 1000x500
Pour la deuxième semaine de suite nous faisons relâche sur les rivages martiniquais où les anses et la mer se confondent parfois. Dans un flot de lumière qui aurait été artificiellement exagéré, le voilier à la table duquel nous sommes accoudés évite sur l’ancre – les voiles en silence, … pointant de nouveau entre la Baie du Simon : vers la distillerie éponyme où le rhum HSE est distillé ; et l’intérieur des terres : vers Gros-Morne et Saint-Joseph, où se trouve le domaine même où sont effectués les autres stades de la production. Pour parler du domaine Saint-Etienne il faut ainsi d’abord se rapprocher de la mer, vers le François et la pointe Cerisier.

Ici l’on retrouve l’alambic à colonne créole en cuivre qui, pour répondre aux spécificités du rhum agricole, présente des plateaux d’épuisement à la fois élargis pour retarder le cheminement du jus de canne en cours d’ébullition et prolonger le temps d’exposition entre la vapeur et le vésou, mais réduits en nombre pour laisser passer les esters les moins volatiles et produire des eaux-de-vie plus complexes, grasses et épicées. Ces rhums puissants, nous en avons dégusté trois et la qualité est telle qu’il faudra prochainement que Cyrille Lawson, le gardien du temple HSE, nous en lève le voile … et les secrets.

HSE, Porto Finish 2009 – Les Finitions du Monde, Rhum Agricole Extra-Vieux – 42%

HSE2009Nez : après un vieillissement de 5 ans en fût du Missouri et du Kentucky, ce rhum a bénéficié d’une finition de 12 mois dans des fûts de Porto. Cette finition est très présente au nez mais l’on est plus sur la sur-maturité que sur le confituré, aussi n’a-t-on qu’un début de rancio intermédiaire. La cerise des grands portos est également présente comme la noix et le tabac.
Bouche : on quitte le registre du Porto à proprement parler, pour des arômes tertiaires issus de l’interaction entre le bois et le rhum. Ici, la fève brute de cacao fermentée est plus présente que le chocolat empyreumatique.
Finale : confirme le nez sur la figue, le cassis et le vin de mûre.

HSE, Small Cask 2007, Rhum Agricole Extra-Vieux – 46%

HSE2007Nez : vieilli dans des tonnelets du Limousin de 55 litres, ce rhum possède une allonge fruitée sur la pêche blanche et le pruneau. Une touche de ginseng en deuxième nez.
Bouche : on retrouve ici le mordant du rhum blanc agricole ainsi qu’une jolie amertume. Se développent des notes de mirabelle, la pêche de vigne au sirop et le chinotto.

Finale : sur la mûre, le poivre blanc saupoudré d’un peu de quinine.

 

HSE, Single Cask 2003 – Grand Millésime, Rhum Agricole Extra-Vieux – 47.8%

HSE2003Nez : ce rhum, vieilli en fût de chêne français de 400 litres, offre un nez dont la complexité n’a d’égale que la richesse aromatique : une première attaque sur des arômes torréfiés de mochaccino, prolongés par des notes de tabac Amsterdamer mais également la fraicheur vive d’une liqueur de coing.
Bouche : grasse et généreuse, elle offre un profil aromatique très étendu – du pruneau à la vieille prune de Souillac, en passant par la myrtille et la liqueur de sureau noir. Le palais se trouve entièrement tapissé par ces arômes profonds.

Finale : très longue, sur la liqueur de cerise noire de type Léopold Bros, la réglisse fourrée, la réglisse rouge et le thé noir Pu’er : on atteint là la quintessence du rhum agricole.


Retrouvez toutes les fiches dégustation


Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Pas encore de commentaires

Comments are closed

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.
X
preloader