Dégustation des Damoiseau 2008 Subprime et 1995 Cask Strength

C’est au milieu de l’aile orientale du papillon guadeloupéen, entre les ravines douces de Corneille et les eaux translucides de l’Autre-Bord, que se situe la distillerie Bellevue-Damoiseau, dernière distillerie de rhum agricole de Grande-Terre. Elle produit, en plein cœur du bassin cannier de l’île, ce rhum apprécié dans plus de quarante pays. Ici l’on comprend mieux les climats du terroir qui font sa réputation et dont on voudrait déguster les expressions non loin du môle en contrebas, celui qui accueillait les résidences aristocratiques il y a deux siècles. Cette réputation c’est aussi celle de ce rhum à la structure légère en raison de la faible concentration de congénères qu’il contient. Car il est là le secret : les deux colonnes surmontées de chauffe-vins sortent des distillats titrant 89°. Elles en ont gommées certains acides et esters gras mais pas la complexité.

Damoiseau 2008 Subprime
Damoiseau
2008 Subprime Cuvée, distillerie Bellevue Le Moule – 47.9%
Pied de nez du facétieux Hervé Damoiseau à la crise financière, ce Subprime est né en 2008, bien sûr.
Nez : d’une grande légèreté sur l’eau de coco, il se renforce sur des notes de cerise amarena et d’ananas. Une pointe saline vient rehausser l’ensemble ainsi que le macis qui demeure plus persistant.

Bouche : les bonnes qualités du rhum blanc de la distillerie se trouvent ici arrondies dans un boisé fin et équilibré : la cannelle de Ceylan, la baie rose et le ginseng. Le fruit est absent en bouche mais le profil aromatique ne cesse de se développer sur des notes de palissandre.

Finale: la cannelle fait un retour remarqué mais le tabac à pipe est aussi présent. Aucune amertume : on est ici dans la juste mesure.  

Damoiseau1995_R
Damoiseau
1995 Brut de fût, distillerie Bellevue Le Moule – 66.9%
Composé pour moitié de rhum agricole pour moitié de rhum de mélasse, ce spiritueux se situe sur le registre extrême des beaux amers. Il aura d’ailleurs fallu une dégustation en deux temps pour lui laisser le temps de s’ouvrir complètement.

Nez : le bitter Secrestat, le ristretto et la rhubarbe de Chine ont l’amer en partage. En arrière plan, la pomme-cannelle fait une discrète apparition.

Bouche : gentiane, curcuma, écorce d’angustura et une touche plus astringente de guarana font ressortir une amertume bien amortie par la mélasse.

Finale : dans un premier temps l’amertume se fait piquante, sur le quinquina, avant que des notes de vieux cidre et d’acajou vernissé ne complètent le profil aromatique.

Toutes les dégustation de nos équipes chevronnés sont consultables ici.

Pas encore de commentaires

Comments are closed

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.
X
preloader