Dégustation du Bologne Black Cane

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Là on vient à l’instant de s’accroupir à l’abri des Alizés, au bout de la pointe sud de l’aile sous le vent du papillon guadeloupéen.

Ce n’est pas que le vent importune : il purifie la route, forcit entre les bouches éruptives de la Soufrière, rendant plus verte encore la forêt tropicale qui s’allonge sur les flancs du massif, juste en contrebas. Elle s’élève à plus de mille mètres d’altitude vers les fumeroles qui déploient leurs crinières dans ce ciel contrasté. Ce vert, il se différencie de manière éclatante des champs de canne noire dont la couleur dépend aussi de la terre volcanique. Ici le noir n’est pas seulement un révélateur de couleur, c’est lui qui donne de l’histoire à la terre.

C’est dans ce lieu précis, entre Rivière des Pères et Baron de Cluny que se situe la distillerie Bologne. De Bologne c’est cette famille protestante du Dauphiné qui, après avoir émigré au Pays-Bas, a été chassée des colonies sucrières brésiliennes et de Martinique avant de créer, en 1654, l’une des plus grande Habitation sucrière de Guadeloupe. C’est ce domaine que reprendra Jean-Antoine Amé-Noël, premier propriétaire de couleur d’une habitation de cette dimension. C’est au début des années 1930 que l’Habitation se spécialise dans la production de rhum blanc. La canne noire c’est alors cette sélection variétale au faible rendement mais à la forte typicité, exclusivement distillé en colonne de cuivre. Récoltée à la main à plus de 12 mois de maturité, son jus est mis en fermentation pendant plus de 48h. La distillation donne une eau-de-vie qui sera mise au repos 6 mois avant d’être réduite lentement.

Bologne, Black Cane Série Limitée – 50%

Bologne Black Cane

Nez : Une première attaque d’une grande richesse aromatique. Le profil s’ouvre sur le jus de canne à sucre, le miel d’agrume et les fruits exotiques (mangue, fruit de la passion notamment). Une légère salinité est présente en fin de nez, rappelant ses origines iliennes.

Bouche : très rafraichissante, sur la fraicheur végétale de la canne, le litchi, mais également de la fumée qui persiste en bouche pour se fondre avec la chair d’une papaye imprégnée de citron vert. La bouche est d’autant plus complexe que se superpose une dimension plus métallique/électrique qui ajoute à la fraicheur de l’ensemble, offrant une sensation aussi étonnante qu’agréable.

Finale : d’une grande longueur aromatique sur la canne fraiche, la fumée et le gingembre.


Inscrivez-vous à notre newsletter

et profitez de 15% sur votre abonnement !

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Pas encore de commentaires

Comments are closed

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.
X
preloader