Compagnie du Rhum : La recherche de la perfection comme seul choix

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Martinique. Des hauteurs où se situe l’Habitation du Simon, au sud-est de l’île, le regard porte loin : des calebassiers de la baie à l’îlet Frégate, des Fonds-Blancs jusqu’aux rivages de l’îlet Oscar. Les vagues épaisses s’engagent lentement du fond de la baie du Simon. Elles libèrent leur énergie vers les palétuviers et la mangrove arborescente, en contrebas. Ici les lumières étendent les horizons comme l’esprit de convivialité. C’est d’ailleurs assez étonnant comme elle agit sur les gens et leurs comportements : ici les beautés naturelles ne se contemplent pas, elles se partagent. Plus loin vers les passes océaniques, les distances s’allongent mais la quête de mouvement reste la même. Ces mêmes mouvements qui animent les parcelles bordant l’Habitation du Simon, ceux des hommes qui s’affairent et du vent qui porte les arômes mêlés de frangipaniers et de cannes fumées.

Lové dans l’une des propriétés de l’Habitation, la Compagnie du Rhum déploie son catalogue aux plus de mille références de qualité. Elles ont été sélectionnées par Philippe et Marika de Pompignan qui éditent trois attrayants flacons en célébration du 10ème anniversaire de la Compagnie du Rhum qu’ils ont fondée. Trois flacons qui renvoient chacun à un élément clé du processus de sa création : le terroir, la distillation et le vieillissement, qui constituent autant d’hommage vibrant au rhum agricole : à sa culture, à son histoire et à sa diversité. Ils rendent visibles les caractères de leur distinction, car ici comme ailleurs les anniversaires ne valent que par leurs intentions : jeter des ponts vers l’avenir.

Terroir

Rhum Bielle 2007, mise en vieillissement de 2008 à 2018 Edition Limitée La Compagnie du Rhum 10 ans, fûts de chêne américain ex-Bourbon, Fût unique : 182, Brut de fût : 54.3%

Le terroir c’est celui de Marie-Galante, au vent des Saintes, en plein centre de l’île aux 100 moulins, au sud-est des côtes de la Guadeloupe dont elle est rattachée administrativement. Depuis le port de Grand-Bourg encombré des casiers de pêche la nationale 9 monte au plateau calcaire de la section « Bielle » qui culmine à 110 mètres d’altitude. Sur la piste vers Clerange il n’est pas rare de croiser les bœufs-tirant qui soulèvent cette terre noire gorgée des pluies de saison. Leurs couleurs contrastent avec les alentours verdoyants des champs canniers : des 20 hectares que comprend la propriété à la centaine de petits planteurs locaux qui l’approvisionnent.

Chaque facette de la structure aromatique de ce rhum renvoie à la fois à sa dominante miellée (miel de citronnier), fruitée (cédrat corse) ; mais également à son côté marin. A l’arrière-scène se joue une partition complexe où la crème de pistache s’allie à la gelée de coing et à la poudre de cacao : attention merveille. La composition ne s’arrête pas là et le gianduja rentre en scène ainsi que le kaki et l’abricot-pays. La finale est aussi subtile que gourmande sur la noisette et le bois de santal. Puis vient l’élégance absolue du citron présent ici dans tous ses états, véritable marqueur de certains des plus grands crus de la distillerie. L’un si ce n’est le rhum de l’année.


Distillation

A•1710 La Perle Full Proof Millésime 2017, Edition Limitée La Compagnie du Rhum 10 ans, rhum blanc, Fût unique : 201, Brut de fût : 67.2%

 

De la Compagnie du Rhum à la distillerie A•1710 il n’y a qu’un pas à franchir puisque les deux se trouvent dans l’enceinte de la même Habitation : celle du Simon. Au sein de l’ancienne purgerie à sucre du XVIIIème siècle, l’alambic Privat, chauffé à feu nu, irise de ses reflets cuivrés la colonne à sept plateaux en cuivre qui lui est annexée. Il représente la pièce maîtresse du ciselage artisanal opéré au sein de la distillerie. Dans les cuves de fermentation les levures indigènes et ‘singulières’ sont à l’œuvre pour donner du potentiel aromatique. Ici, les échanges de température sont importants et les cuves à double paroi sont refroidies en permanence afin d’allonger les périodes de fermentations : elle est de cinq jours pour la présente expression.

Ce rhum battant pavillon aux serpents est très expressif par son évocation du jus de canne fraîchement coupée : celui de la canne roseau (B 59.92) de la parcelle Réunion du domaine en l’occurrence. Pas la peine d’approcher le verre, le voyage est immédiat et s’emplit de la force du jus de canne, de la fleur de pommier et de la truffe blanche. Le palais confirme le nez, mais attention il s’agit là d’un rhum de patience dont la finesse est évolutive : il ne faut pas hésiter à l’aérer longuement pour ouvrir au maximum son potentiel aromatique. L’attaque est minérale sur des notes soutenues de galet de rivière et d’ardoise que relève la mangue confite qui apparaît en arrière plan. La bouche demeure cependant assez courte et légèrement asséchante sur la pomme de Cythère et la noisette. On ressent toutefois la chaleur du jour et la fraîcheur qu’apporte la brise de terre la nuit.


Vieillissement

Clément Cask Collection 2007/2018, Edition Limitée La Compagnie du Rhum 10 ans, fût de chêne neuf français unique : 20070151, Brut de fût : 59.3%

Sur la côte au vent du centre-est de la Martinique, la lumière est oblique et l’ondée proche. Tout en courbes et en courbarils, le parc du domaine de l’Acajou est un jardin remarquable bien vertical. Il déploie, au François, une rare collection de flamboyants, de mombins et de tamariniers qui côtoient acajous, manguiers, et figuiers maudits. Ces essences tropicales jouxtent l’allée qui ramène vers la palmeraie et les quatre chais de vieillissement du domaine : ceux d’Homère Clément (1917), de Charles Clément (1996), de Georges-Louis Clément (1999) et de Jean-José Clément (2006). Ils forment un ensemble dissocié mais cohérent, qui déploie les effluves des secrets d’assemblage et d’affermissement.

Passé dix ans en fût de chêne français qui lui ont limé les angles mais pas la corpulence, ce rhum présente un profil aromatique très fondu sur le moka, le galanga et le tabac frais. L’attaque en bouche, décorcelée, propose de multiples angles de dégustation, … les clefs aromatiques glissant de la liqueur de datte à l’orange amère, avant que le vétiver ne s’impose au kumquat. En finale, le vesou distillé a parfaitement bien absorbé le tannique végétal offrant une dorsale finement torréfiée (zan) et boisée (manuka, palissandre).

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Pas encore de commentaires

Comments are closed

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.
X
preloader