Banc d’essai : Hampden, l’impact player ! #1

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Compagnie des Indes Hampden Estate Millésime 1992 24 ans – 59.8°

Hampden RhumLa première attaque sur les notes de banane mûre, de pâte de goyave et de massepain laissent place à une bouche fermière donnant presque l’impression d’un baijiu chinois puissant, presque fumé dans son premier mouvement (basse-cour) mais qui s’oriente vite vers le fruit (pomme-cannelle), la fraîcheur du menthol et les notes plus grasses de suie et de sous-bois (morille).

Des notes plus végétales (hysope) complètent ce profil expressif et somme toute inhabituel.

Habitation Velier Hampden Estate LROK Millésime 2010 6 ans – 67°

Hampden Rhum

Passé six ans en fût qui lui ont limé les angles mais pas la corpulence, ce rhum présente un nez profond sur des arômes fondus (banane séchée) et puissants (encaustique), une bouche fraîche et tonique sur l’ananas mûr et l’anone.

Le cèdre en finale et le massepain ajoute encore à la complexité et la fraîcheur de cette expression.

 

Excellence Rhum Collection 2017 Hampden Estate LROK Millésime 2000 16 ans – 54.6°

Hampden Rhum

Légèrement moins complexe que l’excellent LROK 2000 16 ans, cette version plus récente d’Excellence Rhum n’en est pas moins addictive.

Au nez comme en bouche, son fondu est tellement agréable qu’on en vient à le préférer à des Hampden plus complexes.

Se bousculent les fruits et fleurs (banane, iris, ananas) et les plantes aromatiques (menthe poivrée) pour une finale minérale (ardoise) et explosive (pain d’épices).

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn
Pas encore de commentaires

Comments are closed

L'abus d'alcool est dangereux pour la santé. À consommer avec modération.
X
preloader